billets:2020:0126440_milliards

440 milliards

Vous avez bien lu: 440 milliards, c'est le montant du capital investi par les “investisseurs professionnels (caisses de pension, assurances, fonds de placement et sociétés immobilières)” dans l'immobilier en Suisse.

“A la recherche de placement, ces investisseurs poussent les prix vers le haut. Par contrecoup, les loyers doivent suivre le mouvement pour assurer un bon rendement. D’où la démolition ou la transformation de logements à loyers abordables au profit d’appartements de standing. D’où la priorité donnée à la construction d’immeubles «haut de gamme», gage d’une meilleure rentabilité.”

Extrait de Domaine Public: Logement: pourquoi trop de loyers sont trop élevés / Jean-Daniel Delley, Le débat autour de l’initiative populaire de l’Asloca

Rassurons tout de suite les cochon·e·s: une fois de plus, les votant·e·s helvétiques vont sans doute voter contre leur intérêt en rejetant l'initiave sur le logement, aliénés par la machine de guerre de l'idéologie bourgeoise.

À ce propos, la dernière propagande de la droite, fort présente sur les murs des citoyen·n·es, est des plus subtiles:

Extrême: attend c'est quoi, c'est Daech là, le califat? En tout cas, dans “État islamique” il y a “État”, donc c'est étatiste, donc c'est extrémiste.


Source: https://www.initiative-logement-non.ch/fr-ch/l-initiative

Et le plagiat par les sicaires graphistes des cochon·e·s d'une affiche bolchévique, c'est pas mal aussi comme renversement:

El Lissitzky, Battre les Blancs avec le coin rouge, 1919

Les séides des cochon·e·s utilisent aussi des arguments… écologistes pour convaincre le mouton de se faire tondre par son proprio, vu que si cette initiative passait, elle aurait pour dommage collatéral, selon eux, de: “décourager bon nombre de propriétaires d’entreprendre des travaux destinés à économiser l’énergie et à protéger l’environnement.”1).

Cerise sur le gâteau, selon les opposants à l'initiative, “Toutes ces interventions étatiques nouvelles ne sont pas dans l’intérêt général de la population. Elles ne bénéficieront en réalité qu’à une petite frange de chanceux ou de privilégiés.”2).

Les privilégiés et les chanceux ne sont donc pas les super-riches, mais les super-pauvres qui bénéficient de l'aide “étatique” aka rigide et inefficace et, bien sûr, coûteuse pour l'honnête travailleur, qui lui (jamais elle) s'en sort car il est bosseur. Un tel renversement de sens me laisse tout chamboulé.

Exterminons tous les parasites! Maintenant!3)

Pour voter dans son intérêt et s'informer autrement que par une propagande bolchévique: https://logements-abordables.ch/


1)
source: op cit
2)
op. cit.
3)
Euh chef, y'a plus personne pour acheter ni pour faire le pain… On fait quoi?
  • billets/2020/0126440_milliards.txt
  • Dernière modification: 2020/01/26 08:43
  • de radeff