Edyr Augusto, Moscow

Résumé

« Moscow », c'est le surnom de l'île de Mosqueiro: un lieu dédié aux loisirs et à la villégiature pour de nombreux habitants de Belém. Pas pour Tinho Santos: la petite bande dont il fait partie écume l'île dès que vient l'obscurité. Avec ses amis, il se saoule, se drogue et vole en toute impunité. Mais Tinho n'est pas qu'un simple délinquant juvénile: quelque chose d'encore plus sombre couve en lui… Orange mécanique à la brésilienne, Moscow est un texte court et saisissant, où aucun répit n'est laissé au lecteur. Une chronique de l'ultra-violence, d'une brutalité assumée qui fait toute sa force.

Note Fred

Bon ben heureusement que j'ai un rhume et pas une dépression! Déjà que ma précédent lecture était noire, là c'est anthracite.

J'ai pas trop aimé: un côté mine de rien assez convenu, en fait je doute que l'auteur soit vraiment un enfant de la zone.

J'ai aimé: un auteur qui n'est visiblement pas un enfant de la zone, mais qui a trouvé une écriture qui semble être celle d'un enfant de la zone. Courte, précise, impitoyable.

Le Brésil, c'est pas ce pays où une majorité de keublas et de zebrons, dont quelques minorités sexuelles, ont massivement élu un facho à la présidence?

  • billets/2020/0214edyr_augusto_moscow.txt
  • Dernière modification: 2020/02/14 09:05
  • par radeff