billets:2021:0217caryl_ferey_led

Caryl Férey, Lëd

Norilsk est la ville de Sibérie la plus au nord et la plus polluée au monde. Dans cet univers dantesque où les aurores boréales se succèdent, les températures peuvent descendre sous les 60°C.

Au lendemain d'un ouragan arctique, le cadavre d'un éleveur de rennes émerge des décombres d'un toit d'immeuble, arraché par les éléments. Boris, flic flegmatique banni d'Irkoutsk, est chargé de l'affaire.

Dans cette prison à ciel ouvert, il découvre une jeunesse qui s'épuise à la mine, s'invente des échappatoires, s'évade et aime au mépris du danger. Parce qu'à Norilsk, où la corruption est partout, chacun se surveille.

Caryl Férey, j'ai beaucoup aimé les débuts4) puis carrément moins aimé, au point de le délaisser.

C'était une mauvaise idée, car Лёд5) est, après un début un peu fastidieux où l'on se dit que Férey s'est fourvoyé dans une caricature de Sibérie-russe-post-bolchévique, un petit chef d'oeuvre: les personnages prennent de l'ampleur, de même que l'intrigue - même si pour moi elle reste secondaire, et prétexte au portrait saisissant de cette ville de cauchemar.

source de la photo: emergefilmsolutions.com

Va falloir que je retourne chez Barone6) voir ce qu'il a écrit ces derniers vingt ans.


4)
voir mon billet enthousiaste sur "Aka", et je vois que je n'en ai pas fait pour Zulu, pourtant un excellent polar - ah, la scène déjantée du BBQ, comprendront ceux qui ont lu
5)
“Glace”, en russe, prononcier Liot' et pas “Laide” comme l'analphabète qui interview Ferey dans l'extrait vidéo
6)
mon libraire favori, au coeur de l'Ilôt 13
  • billets/2021/0217caryl_ferey_led.txt
  • Dernière modification: 2021/02/17 06:52
  • de radeff