billets:2021:0219boris_quercia_la_legende_de_santiago

Boris Quercia, La légende de Santiago

Rien ne va plus pour Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili. Sa fiancée Marina ne l’aime plus, ses collègues policiers le méprisent, et il est rongé par la culpabilité depuis qu’il a aidé son beau-père, gravement malade, à mourir.

Aussi, quand il tombe sur le cadavre d’un trafiquant dans un resto chinois, son premier réflexe est d’empocher la demi-livre de cocaïne pure qu’il trouve également sur les lieux. Un coup de pouce bienvenu pour traverser cette mauvaise passe, d’autant qu’on vient de lui confier une enquête sensible sur des meurtres racistes… Mais ce faux pas ne va pas tarder à le rattraper.

Source: babelio

J'avais bien aimé il y a deux ans la lecture de Tant de chiens.

Je suis carrément enthousiaste avec La légende de Santiago, qui confirme la maestria d'un brillant auteur. Certes, ce n'est pas un polar classique : pas vraiment d'enquête, pas vraiment d'intrigue, de pièges et de mystère réglé à la fin. Tout le monde est coupable, Santiago Quiñones peut-être plus que d'autres. Mais sans verser dans le littérarisme1), on a ici affaire à un auteur maîtrisant parfaitement sa narration, alternant entre un monde de souvenirs2) et un réel, une génération plus tard, qui lui fait écho.

Et que les fans de hardboiled se rassurent : au niveau hémoglobine, il y a tout ce qu'il faut.

Pour les amateurs de coke, qu'ils se rassurent aussi : Quiñones ressemble de plus en plus à Tony Montana3) et se perd dans un nuage de poudre blanche.

Une véritable avalanche.


1)
barbarisme que je viens d'inventer, pour la topologie des polars à prétention littéraire
2)
ah, la place des pères!
  • billets/2021/0219boris_quercia_la_legende_de_santiago.txt
  • Dernière modification: 2021/02/19 07:33
  • de radeff