billets:2022:1123leif_gw_persson_entre_le_desir_de_l_ete_et_le_froid_de_l_hiver

Leif GW Persson, Entre le désir de l'été et le froid de l'hiver

La chute d'un obscur journaliste américain de sa fenêtre du quinzième étage ne peut être qu'un suicide, d'autant qu'il avait laissé un mot. Mais l'intervention inattendue de Lars Martin Johansson, le seul flic honnête de Suède, réoriente l'enquête. Cette affaire apparemment banale prend dès lors des proportions considérables et remonte jusqu'aux plus hauts échelons du pouvoir. Au point de recouper une autre affaire, bien plus connue et traumatisante…

Un tableau efficace de la corruption, de la violence et de l'incompétence qui règnent au sommet de l'État.

Il y a indéniablement une référence et une révérence au génial couple Sjöwall/Wahlöö. Et une reconstruction intéressante de l'assassinat jamais élucidé du PM Olof Palme.

Mais aussi, et malheureusement, une longueur certaine - je crois que c'est le plus long polar que je me sois jamais ingurgité1). Et cette longueur est parfois pesante, ce qui est bien dommage, car c'est une petite - euh pardon, une fort grosse perle.

Critique acerbe de la société suédoise, mais aussi du libéralisme, de l'état policier, des bien-pensants de tout crin, du machisme sadique, du paternalisme, avec un Johansson évoluant de manière très socratique dans un monde de cons égoïstes.

Du tout grand art. Et on se marre bien, même si on parfois envie de s'endormir - celui-ci, je défie quiconque de le lire d'une seule traite!

En savoir plus sur l'auteur (wikipédia)


1)
652 pages, bien serrées
  • billets/2022/1123leif_gw_persson_entre_le_desir_de_l_ete_et_le_froid_de_l_hiver.txt
  • Dernière modification : 2022/11/23 22:01
  • de radeff