Agatha Christie, Le cheval pâle (The pale horse)

lechevalpale.jpg

« … je vis un cheval de couleur pâle, et celui qui le montait était la Mort et l’Enfer le suivait… »

APOCALYPSE. Chapitre six, verset huit

Dans un bistrot de Chelsea, l'écrivain Mark Easterbrook surprend deux jeunes filles en train de se crêper le chignon. L'une d'elles, « pleine de fric » paraît-il, s'appelle Thomisa Tuckerton. A quelque temps de là, Mark Easterbrook tombe sur un entrefilet : Thomisa Tuckerton est décédée, à l'âge de vingt ans. Peu après, le père Gorman, qui venait de recueillir la confession d'une vieille dame, se fait assassiner. On retrouve sur lui une liste de noms, parmi lesquels celui de Mrs Tuckerton. Les autres sont ceux de personnes mortes de mort « naturelle ». Cela conduit Mark Easterbrook au Cheval pâle où trois sorcières s'adonnent au spiritisme et terrorisent leur entourage. Mais ce n'est pas le maléfice qui tue...

Note Fred

Conseillé par Ivan, un Christie tout à fait lisible et pas mièvre du tout. Pas mal.

  • billets/agatha_christie_le_cheval_pale.txt
  • Dernière modification: 2013/04/06 10:00
  • (modification externe)