Arlette

Down_the_Rabbit_Hole.png

texte_Antoinette Rychner

mise en scène_Pascale Güdel

Arlette, elle boit d’la Bière des Franches Montagnes et elle porte un nom d’gens plus tout jeunes. Y’a l’temps passé d’puis l’époque punk rock les coups avec les amants et puis y’a aujourd’hui, la mélancolie qu’a éclot comme d’la mauvaise herbe, surtout d’puis qu’Josette, sa sœur, elle est plus en vie, même si parfois elle r’vient, en douce, comme si de rien n’était. Et pis avec la famille on se retrouve pour les grandes occasions, au chevet des mourants ou alors pour des mariages qui sont p’tet bien des enterrements. Par contre l’enfance, pas moyen de rev’nir dessus et ça, c’est dommage; c’qu’on a vécu ça a disparu comme les personnes, celles qu’on a aimées, elles étaient là et pis paf évaporées, d’un coup, ou alors changées en statue, ça c’est l’autre extrême – TOUT UN POÈME.

jeu Céline Bolomey, Vincent Fontannaz, Céline Nidegger, Jacqueline Ricciardi

https://poche---gve.ch/spectacle/ar...

Note Fred

Du théâtre quasi-ontologique! Sacrée performance avec notre amie JR

  • billets/arlette.txt
  • Dernière modification: 2019/12/10 04:43
  • (modification externe)