Boris Akounine, Léviathan

Leviathan by Thomas Hobbes

Lorsque le 19 mars 1878, le paquebot géant Léviathan, de la compagnie Jasper-Artaud Partnership, quitte Southampton pour rallier Calcutta en passant par le canal de Suez, toutes les listes de passagers ont été vérifiées avec soin plusieurs fois par le capitaine. En effet, quelques jours plus tôt à Paris, une statuette de Shiva en or et un foulard indien ont été volés dans l'hôtel particulier de lord Littleby, un riche collectionneur britannique qui a été assassiné, ainsi que les dix personnes à son service présentes ce jour-là. Le commissaire Gauche, un vieux limier de 62 ans, a découvert, dans la main crispée du lord, une baleine en or. Cet insigne, emblème du Léviathan, offert à chaque passager de première classe et aux officiers du navire, a donc été perdu par l'assassin. Pour tenter de le démasquer, Gauche embarque sur le paquebot et commence à s'intéresser aux passagers qui ne portent pas le fameux insigne : à commencer par le diplomate russe Eraste Fandorine, embarqué à Port Saïd. À l'inverse des deux précédents (Azazel et Le Gambit turc), ce troisième volet des aventures de Fandorine comporte moins d'action. L'intrigue se déroule dans un des salons du navire où le commissaire a réuni un petit groupe de personnes suspectes, à la manière des meilleurs huis clos d'Agatha Christie à laquelle, visiblement, Boris Akounine rend un hommage appuyé. –Claude Mesplède

Un chouette cadeau de ma copine Anne qui est très bien tombé vu que j'ai une crève d'enfer, j'ai pu m'enfiler ce très chouette polar - peut-être un peu classique, néanmoins… Un bon moment, surtout avec le rhume.

  • billets/boris_akounine_leviathan.txt
  • Dernière modification: 2019/12/10 04:43
  • (modification externe)