Broken Land (Heart of Darkness)

brokenland.jpg

On était partis pour voir un documentaire sur les immigrants clandestins qui traversent la frontière Mexique/États-Unis.

Après les docu-fictions et les fictions-docu, Stéphanie Barbey & Luc Peter inventent un genre nouveau: le docu-poétique. Un petit chef-d'oeuvre.

"Et cette immobilité de toutes choses n'était rien moins que paisible. C'était l'immobilité d'une force implacable couvant on ne savait quel insondable dessein. Elle vous contemplait d'un air plein de ressentiment. Je m'y fis à la longue; je cessai de m'en apercevoir; je n'en avais guère le temps."

Conrad, Au cœur des ténèbres

Un documentaire saisissant, qui interroge les tréfonds de l'âme humaine.

Vu hier, nuit de rêves (ou cauchemars?) agités, je suis toujours saisi d'une très forte émotion.

Non, ce n'est pas un enième documentaire sur "The Border" - ou alors au sens métaphysique du terme.

Plutôt peut-être une investigation artistique, fine mais efficace des tréfonds de nos âmes désemparées devant la solitude des déserts sociaux.

Les réalisateurs ont pris le parti pris de ne jamais intervenir dans leur création, en laissant simplement les témoins s'exprimer.

La musique (Franz Treichler/Young Gods) et l'excellence de l'image achèvent.

On ne s'en relève pas.

Synopsis

Dans une nature désertique, à l’ombre de l’immense barrière érigée pour contrôler l’immigration clandestine venue du Mexique, sept Américains dévoilent comment la frontière transforme leur vie. Ils observent les traces obsédantes du passage de migrants qu’ils ne rencontrent jamais, partagés entre la peur, la révolte et parfois, la compassion.

  • billets/broken_land.txt
  • Dernière modification: 2015/01/22 08:00
  • (modification externe)