Charles Willeford, Hérésie

Hérésie

4e de couverture

Critique d'art désireux de laisser un nom à la postérité, James Figueras retrouve la trace du plus grand peintre du monde, le français Jacques Debierue. Celui-ci vit en ermite dans les marais du sud de la Floride. Le but de Figueras n'est pas seulement de rencontrer l'homme, mais de s'approprier l'œuvre... Le but de Figueras est si horrible qu'aucun lecteur ne peut l'imaginer... James Figueras est un psychopathe qui préfigure le junior Frenger de Miami Blues.

Extrait

– Si tu veux une cigarette, dis-je en poussant vers elle le paquet, prends-en une. Quand tu tires comme ça sur la mienne d’au moins un demi-centimètre, je la finis avec un sentiment d’insatisfaction, car je n’ai pas eu la ration de nicotine à laquelle je suis habitué. Et donc, comme je me sens floué d’un demi-centimètre, j’en allume une autre, et je m’aperçois ensuite qu’une cigarette entière, fumée juste après celle que je viens de finir, c’est trop. Je l’éteins, je la remets dans le paquet, et quand j’ai de nouveau envie de fumer et que je rallume le mégot, le goût est trop fort et ça ne me fait toujours pas une cigarette entière. Si je jette la cigarette après seulement une ou deux bouffées, c’est du gaspillage et…

Note Fred

Où commence et où finit un polar? Assurément, nous avons ici affaire à un roman noir. Pas de police - sinon dans les dernières lignes, pas de détective, pas d'enquête policière. Pas de crime - au sens classique, policier, sinon à la fin de l'ouvrage (mais ne vendons pas la mèche). Willeford démontre une fois de plus son éclectisme et une connaissance approfondie, non dénuée d'humour, du milieu de l'art américain. Décidément, cet auteur que j'ai un peu "raté" dans ma période polar des années '90 a de quoi surprendre.

Willeford.jpg

Des infos sur Willeford

  • billets/charles_willeford_heresie.txt
  • Dernière modification: 2012/01/08 11:00
  • (modification externe)