Le Havre, Aki Kaurismaki

distributeur Filmcoopi

réalisateur(s) Aki Kaurismaki

acteur(s) Jean-Pierre Darroussin, Kati Outinen, Elina Salo, André Wilms, Ilkka Koivula, Blondin Miguel

résumé

Marcel Marx, ex-écrivain et bohème renommé, s'est exilé volontairement dans la ville portuaire du Havre où son métier honorable mais non rémunérateur de cireur de chaussures lui donne le sentiment d'être plus proche du peuple en le servant. Il a fait le deuil de son ambition littéraire et mène une vie satisfaisante dans le triangle constitué par le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletty, quand le destin met brusquement sur son chemin un enfant immigré originaire d'Afrique noire.

Quand au même moment, Arletty tombe gravement malade et doit s'aliter, Marcel doit à nouveau combattre le mur froid de l'indifférence humaine avec pour seules armes, son optimisme inné et la solidarité têtue des habitants de son quartier. Il affronte la mécanique aveugle d'un Etat de droit occidental, représenté par l'étau de la police qui se resserre de plus en plus sur le jeune garçon refugié.

Il est temps pour Marcel de cirer ses chaussures et de montrer les dents.

note Fred

On y a été hier soir avec les enfants. Fab et moi avons aimé, mais eux ont passé leur temps à soupirer d'ennui. En sortant, une tirade de mon fils:

- nul ce film. Y'a que des vieux.

- Mais il y a quand même le gamin africain...

- Oui, mais il ne parle pas. Et dans la salle il n'y avait que des vieux (ce qui était vrai, à part les enfants et nous, si on se classe pas dans les vieux).

- Mais les critiques cinéphiles ont trouvé formidable ce film! (argument d'autorité typiquement paternel)

- Des vieux critiques. Un film de vieux, pour des vieux.

Ceci dit, n'écoutez pas mon fils, vous qui êtes un vieux (si vous avez plus de 16 ans), allez voir ce film. Un beau conte de Noël, poétique et tatin (je trouve plus joli que "tatiesque", ou "clin d'oeil au - vieux - Jacques Tati) pour taties.

Ce qui est marrant, c'est que sur le site officiel de la ville du Havre, il n'y rien sur le film... Dommage, le film défend bien les couleurs de cette ville qui a pas l'air follichone (je connais un peu Quiberon et Calais, je peux vous dire qu'îl y a des villes plus ensoleillées).

Quelques critiques

L'humanisme ascétique du grand Finlandais investit Le Havre et l'imaginaire français pour une dénonciation sans chichis de la chasse aux immigrés. ... On voit bien là en quoi Le Havre est, dans sa forme même, un film antisarkozyste : non parce que, dans son récit, il dénonce, avec une humanité sans chichis, la chasse aux immigrés ordonnée par nos différents ministres de l’Intérieur depuis des années, mais parce que les personnages ne font pas des grands gestes pour affirmer qu’ils n’ont jamais été des menteurs, qu’ils font ce qu’ils disent et disent ce qu’ils font et autres balivernes qui ne trompent que les sots. On n’est pas des matamores, on ne se paie pas de mots. Les Inrocks

Accessible mais original, Le Havre est cette année le seul véritable Conte de Noël dans les salles et sa grande beauté malgré l'adversité et les épreuves se rapporte autant au Cinéma qu'à la leçon de vie. Magique. reviewer.fr

Moralité, on quitte Le Havre gonflé à l’hélium, heureux et attendri comme une escalope de veau à la normande. Libé

  • billets/file1217.txt
  • Dernière modification: 2011/12/26 08:00
  • (modification externe)