Charlie, mort, enterré et terrassé

Un regard intéressant de Romain Felli dans le Courrier d'hier

absurbe1.jpg

Marcel Gotlib, Rubrique à brac: prisonnier grâcié par le roi car le juge bègue, a dit "j-j-j-j-j-je-je v-v-v-v-ous con-con-con-damne à mort-mort".

Je suis pas toujours fanatique des chroniques de Romain Felli en page deux du Courrier, mais celle d'hier, Les trois morts de Charlie Hebdo était franchement excellente, rappelant l'essentiel de l'histoire de Charlie: première mort, renvoi de Siné en 2008, deuxième mort, l'attentat, troisième mort, la récupération.

Et surtout, surtout, contre la révision historique en cours, notamment issue de milieu se prétendant d'extrême-gauche, M. Felli nous rappelle que la dimension politique des récents attentats ne doit pas être oubliée, extrait:

C’est Charlie qui a été descendu, pas Minute, c’est Cabu qui est mort, pas Konk; ce sont les clients d’un supermarché casher qui ont été tués, pas le bureau politique du Front National; c’est Philippe Lançon qui a été grièvement blessé, pas Eric Zemmour; c’est au son de L’Internationale que Charb a été enterré, pas à celui du Horst-Wessel Lied.

Romain Felli, Les trois morts de Charlie Hebdo, Le Courrier 22.01.2014

  • billets/file2145.txt
  • Dernière modification: 2018/10/05 07:48
  • (modification externe)