Oui au RBI - de la grossiereté en politique

nonrbi.png

Vous avez certainement vu cette affiche moche et vulgaire déflorer les murs récemment... de ce mec obèse, taché, inapte à toute tâche et qui est une tache.

Moi, elle me choque et m'interroge profondément.

On voit fleurir un peu partout ces jours de nombreuses pub contre l'initiative pour un revenu de base inconditionnel, preuve que les anti-RBI ont nettement plus de moyens que les pro-RBI, et que cette "utopie" irrite profondément la droite.

Historiquement, cette irritation est à la hauteur de l'ire suscitée par une semaine de mois de 60 heures, les congés payés, l'AVS, les allocations familiales ou toutes ces gaucheries qu'il convient d'abandonner pour être, enfin, plus compétitif que par exemple nos amis chinois.

Les anti-RBI ont même un site qui est une pâle copie, censée être humoristique, de celui qui promeut l'initiative:

Le site "anti" RBI: nonrbi.jpg

Le site "pro" RBI: ouirbi.jpg

Comme quoi les anti-RBI ont pas beaucoup d'idées, même s'ils ont le pognon.

Les caciques du super-libéralisme, comme Môsieur Jean-Hugues Busslinger, directeur du département de la politique générale du Centre patronal vaudois, nous préviennent: Attention à la dangereuse utopie du revenu de base!

Parmi les élus, une forte majorité, y compris chez ceux qui sont censés être de gauche, s'y opposent, comme Monsieur Alain Berset, avec toutefois un peu plus d'élégance que Môsieur Busslinger, en relevant notamment que le chiffre de CHF 2'500.- mensuel est un épouvantail inventé par les "anti".

Même parmi les rares acteurs de poids favorable à l'initiative, comme le SIT[1], on reste favorable, mais on y croit guère, à cette utopie.

Une morale dans cette sombre affaire?

Ce que je trouve très marrant, dans toute cette argumentation, c'est que pour un libéral, il faut favoriser la liberté, et ainsi l'entrepreneurship[2].

Donc, pour un capitaliste, la liberté ça pousse à entreprendre, bosser et bien sûr faire un max de pognon, tout cela au profit de la société toute entière (la fameuse théorie de la locomotive, bien hiérarchique et militaire).

Par contre, la liberté, pour les pauvres, ça les pousse à prendre du gras et à parasiter encore plus l'État-providence (qu'il convient de toute manière de "dégraisser"... faudra qu'on m'explique où on parvient encore à y trouver du gras).

Or, tous les sondages honnêtes qui ont été réalisés montrent bien que l'immense majorité des personnes qui ont pris la peine de répondre ne pense pas s'arrêter de bosser, si par miracle le RBI passait, mais à prendre du temps pour être plus créatif et favoriser la sociabilité[3].

Ben moi je vous dis: ne vous faites pas avoir. Votez oui.

rbi.jpg

Et si vous avez besoin d'arguments, c'est ici: http://rbi-oui.ch/

Voir aussi Gros paresseux de Nicolas Tavaglione sur le site du Courrier


Notes

[1] je n'ai malheureusement pas retrouvé l'article du journal sur le site du SIT

[2] notez bien l'utilisation de ce barbarisme, je vais pas le refaire souvent...

[3] désolé, encore un gros mot

  • billets/file2771.txt
  • Dernière modification: 2018/10/05 07:48
  • (modification externe)