Chimamanda Ngozi Adichie: L'autre moitié du soleil [Half a Yellow Sun]

adichie_autremoitiesoleil.jpg

4e de couverture

Lagos, début des années soixante. L'avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d'Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s'étalant sur les drapeaux : c'est le symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes. Évoquant tour à tour ces deux époques, l'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié ; elle nous montre comment l'Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L'autre moitié du soleil est leur chant d'amour, de mort, d'espoir.

source: http://www.gallimard.fr/Catalogue/G...

Note Fred

Lorsque j'étais djeune étudiant à ce qui s'appelait encore HEI[1] j'avais fait un papier sur la politique étrangère du Nigéria, la guerre du Biafra et les complexités du plus peuplé des États d'Afrique ne m'est donc pas totalement étrangère.

C'est ma douce qui m'a passé ce bouquin (un assez gros pavé de plus de 650 pages) en me disant: tiens, ça devrait te plaire....

Pour dire vite, j'ai juste trouvé génial. Adichie[2] nous brosse un portrait saisissant de l'indépendance du Nigéria à la fin de la guerre du Biafra (donc une décennie, soit 1960 à 1970) à l'aide d'une galerie de personnages magnifiques, dont le très attachant Ugwu, fils de paysans qui n'est pas sans rappeler le prince Mychkine de l'Idiot de Dostoievsky.

Et la qualité littéraire est aussi au rendez-vous, servi par une excellente traduction (il y a une petite mais intéressante postface de la traductrice, Mona de Pracontal).

Photo copyright source http://www.romanocagnoni.com/galler...

Voir aussi


Notes

[1] maintenant c'est l'IHEID

[2] sans gros mot... désolé fallait quand même que je le fasse, ce mauvais gag

  • billets/file2923.txt
  • Dernière modification: 2018/10/05 07:48
  • (modification externe)