Jean-Manuel Traimond, Le Japon mal rasé

japonmalrase.jpg

Voyage chez les anarchistes, les burakumin, les Coréens-du-Japon, les Uilta, et les autres

Le Japon lisse, homogène et vissé à son travail n’a existé que dans l’imagination de ceux qui espérèrent y trouver un patron à copier. Comme chaque pays, le Japon possède ses réprouvés, des anarchistes aux immigrés en passant par les parias et les handicapés mentaux. On lira ici l’histoire et les histoires de ces minorités, rassemblées en 1985 par J.-M. Traimond, grâce à un long séjour partagé entre burakus, kibbuz (sic) et ghettos coréens. Recueillies en dépit de la réticence à parler de soi qui caractérise les cultures de la région, hilarantes ou atroces, toujours authentiques, elles offrent un contact étonnamment direct avec les Japonais débarrassés de l’exotisme dont on les accablait ; les Coréens-au-Japon dont on traite pour la première fois en français et tant d’autres, dont un anarchiste catholique, un survivant d’Hiroshima et le dernier des Uilta.

Note Fred

Bonne pioche que ce bouquin trouvé en bas de l'immeuble - d'habitude je prend et je remet car au bout de 10 lignes je me rends compte que c'est de la daube. Ici, on a affaire à un écrit original et plutôt intéressant, qui créent des ponts entre anarchistes occidentaux et orientaux, ce qui est un comble pour un Nippon.

  • billets/file3170.txt
  • Dernière modification: 2018/10/05 07:48
  • (modification externe)