El Che, "L'homme le plus con-plet de notre temps"

che.png

OK je l'avoue: parmi mes toutes plusieurs lectures marxistes (ou plutôt, marxistes-léninistes), Ernesto Guevara a la palme. A la fin des années '70, j'ai du lire à peu près tout ce qui avait été traduit (Maspéro), très ému par le Journal de Bolivie, plus circonspect en dévorant les Textes politiques et franchement déjà inquiet à la lecture des Textes militaires - moi, j'ai toujours été méfiant devant les militaires.

Selon Jean-Sol Partre[1], comme dirait l'autre, avide de grosses formulations à l'emporte-pièce, le Che était "«l'être humain le plus complet de notre époque»". Rien que ça.

Pour moi c'était surtout, avec le recul, un con-plet.[2] qu'avait un gros cigare, un genre de macho gaucho argentin persuadé d'être le mâle alpha.

che189_18_ausstellung_f.jpg.png

Con, car c'était avant tout un argentin coincé des fesses, arrogant et sûr de lui, violent et militaire - il aurait dit lors d'un interview qu'avant d'être communiste, il était avant tout un militaire. Et il en était fier. Non mais on rêve ou quoi?

Pendant sa brève période ministerielle, il "s'attelle à transformer l'économie capitaliste agraire de Cuba en économie socialiste industrielle de type soviétique"[3], ce qui est assez futé dans un pays agricole spécialisé dans la canne à sucre - on ignore souvent que pour parvenir à ses fins, il a vidé les réserves de change de la banque centrale de Santiago, tout ça pour faire, tel un Mao tropical, du mauvais acier - sans doute parce que c'est de l'acier dont on forge les armes.

Et sa violence intransigeante est avérée, même si elle est malheureusement le plus souvent invoquée par des fachos plus ou moins avérés - en tout cas, il est rare, à gauche, de rencontrer des voix critiques sur l'icône du Che[4].

Et pourtant... il serait louable de revenir à la rigueur intransigeante - mais en douceur - des fondamentaux marxiens: l'honnêteté intellectuelle, une critique lucide rappelant que les écrits et les réalisations du Che sont une apologie du centralisme démocratique stalinien, certainement pas la vision du communisme humaniste que je partage avec moi-même et, je l'espère, quelques beaucoup d'autres (on peut toujours rêver).

OK, la vie devait être dure pour un révolutionnaire dans les années '60, et il l'a payé de sa vie.

dead-che.jpg

Et il a quand même contribué à la révolution cubaine. Et ça, c'est quand même une sacrée réalisation socialiste, même si elle a aussi ses points noirs.

Tout cela n'excuse en rien la pauvreté et l'indigence de sa vision.

En définitive, son utilisation commercialo-romantique sert surtout à engraisser les cochons de capitalistes, pas tellement à faire avancer la cause.

slipguevara.jpg

Pour preuve, il est parfois sanctifié par des gars politiquement franchement limite, comme le grand-pape du complotisme relativiste, Môsieur Soral.

Reste quand même un bouquin, que je relirai certainement: le Voyage à motocyclette, où, du bas de sa jeunesse encore fraîche et naïve, il dépeint de manière douce et intelligente le peuple latino-américain qu'il rencontre tout au long de son périple.

carnet-de-voyage-est-base-sur-le-livre-du-che-voyage-a-motocyclette-et-raconte-le-voyage-a-travers-l_722819_.jpg

Comme quoi, quoiqu'en dise le grand Georges, quand on est jeune, on est souvent moins con.


Notes

[1] Sartre, c'est un peu pour moi le Che à la française, en franchement plus moche.

[2] plet: Câble de grosse taille que l'on replie sur lui-même de manière ovale, tout en les décrivant de plus en plus petits afin que l'ovale se love dans le précédent - bref: un truc carrément retors

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Che_Guevara#Ministre_de_l.27Industrie_et_th.C3.A9oricien

[4] Voir p. ex. cet article du pourtant excellent site de la Radio popolare di Milano

  • billets/file3172.txt
  • Dernière modification: 2018/10/05 07:48
  • (modification externe)