Mes lectures de juillet - Marat

"Ils (le clergé et la noblesse) calculent leurs forces; mais au lieu de compter leurs têtes, ils comptent les légions de mercenaires dont ils croient pouvoir disposer avec leur argent. Beau calcul! "
Marat (1789), Textes choisis, Ed. Sociales, 1975, p. 101

"Si l'on commet au prince le soin de nommer (...) aux emplois (...) pour machiner à son aise, loin d'appeler à lui le mérite & la vertu, il écarte à petit bruit du maniement des affaires les hommes intègres et les sages, ceux qui jouissent de la considération publique, pour n'y admettre que des hommes de facile composition ou des hommes dévoués. "
Marat (1792), Les chaînes de l'esclavage, UGE, 1972, p. 91

Et oui, Marat n'est pas seulement un célèbre tableau de David et, comme je le croyais, un tribun démagogue, c'est aussi un excellent théoricien du pouvoir politique qui n'est pas sans rappeller Machiavel (et on voit aussi une source d'inspiration pour Marx)

Jean-Paul Marat est un révolutionnaire français né à Boudry principauté de Neuchâtel prussienne à l'époque (aujourd'hui canton de Neuchâtel, en Suisse), le 24 mai 1743, mort à Paris, le 13 juillet 1793.
Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Marat

  • billets/file72.txt
  • Dernière modification: 2006/07/28 05:00
  • (modification externe)