billets:2021:0825gabino_iglesias_santa_muerte

Gabino Iglesias, Santa Muerte

Santa Muerte, protegeme…

Austin, Texas. Tu t’appelles Fernando, et tu es mexicain. Immigré clandestin. Profession ? Dealer. Un beau jour… Non, oublie « beau ». Un jour, donc, tu es enlevé par les membres d’un gang méchamment tatoué qui ont aussi capturé ton pote Nestor. Pas ton meilleur souvenir, ça : tu dois les regarder le torturer et lui trancher la tête. Le message est clair. Ici, c’est chez eux.

Fernando croit en Dieu, et en plein d’autres trucs. Fernando jure en espagnol, et il a soif de vengeance. Avec l’aide d’une prêtresse Santeria, d’un chanteur portoricain cinglé et d’un tueur à gages russe, il se résout à déchaîner l’enfer.

Écartelé entre deux pays, deux cultures, deux traditions, Fernando est un héros des temps modernes. Quand toutes les frontières se brouillent, géographiques, morales, spirituelles, seul un nouveau genre littéraire peut dessiner le paysage.

Gabino Iglesias invente donc ici le barrio noir. Il y conjugue à merveille douleur et violence de l’exil, réalisme social et mysticisme survolté, mélancolie et humour dévastateur.

Gabino Iglesias, comme Fernando, vit à Austin. Par contre il est d'origine portoricaine et sa vie semble plus simple que celle de son héros dantesque.

Il y a indéniablement quelque chose dans ce court roman noir, mais je n'ai pas croché.

À part que je me le suis enfilé en un peu plus d'une heure…

  • billets/2021/0825gabino_iglesias_santa_muerte.txt
  • Dernière modification: 2021/08/25 06:49
  • de radeff