billets:2021:0908julian_barnes_le_fracas_du_temps

Julian Barnes, Le fracas du temps

On a beaucoup critiqué les artistes qui ont choisi de cautionner le régime soviétique, qui ont été des «collabos». Mais on ne doit pas oublier que Staline les surveillait de près. Vous deviez obéir, sinon… Un trait de plume du tyran suffisait à vous condamner à mort, ainsi, parfois, que toute votre famille, et à faire disparaître votre œuvre. Alors quel choix aviez-vous?

Dans Le fracas du temps, Julian Barnes explore la vie et l’âme d’un très grand créateur qui s’est débattu dans le chaos de son époque, tout en essayant de ne pas renoncer à son art. Que pouvait-il faire? Et, en corollaire, qu’est-ce que moi, j’aurais fait? À ces questions cruciales, il y a peut-être des réponses dans ce roman qui raconte une histoire vraie.

Source: https://www.babelio.com/livres/Barnes-Le-fracas-du-temps/832746

Dmitrij Dmitrijevič Šostakovič (Дми́трий Дми́триевич Шостако́вич)

C'est mon ami L.P. qui m'a parlé de ce bouquin, qu'il n'avait pas lu2) mais qui lui avait été chaudement recommandé, car il connaît mon amour passionné pour Дмитрий Дмитриевич Шостакович.

Shosta 10 Symph III-2

J'ai ouvert avec circonspection, notamment parce que j'avais été pas mal échaudé par la vraie ou pseudo biographie du compositeur Dmitri Chostakovitch3) écrite avec les pieds par Salomon Volkov, qu'il avait vraisemblablement fort sales.

Et j'ai été ravi.

Julian Barnes, qui écrit aussi des romans policiers sous le pseudonyme de Dan Kavanagh, vraisemblablement fin connaisseur du marxisme et de l'histoire russe, nous livre ici une élégante biographie romancée, toute en nuances pour un personnage complexe, qui a du composer pendant des décennies avec un pouvoir brutal et inculte, en endossant le difficile rôle du юродивый4).

Pavel Svedomskiy 011

Je tire ma chapka à Mr Barnes.

Slepi Mis and Manukrafter

Il se rappelait ce concert en plein air dans un parc de Kharkov. Sa Première Symphonie avait déclenché les aboiements de tous les chiens du voisinage.

La foule avait ri, l’orchestre avait joué plus fort, les chiens avaient aboyé de plus belle, le public avait ri de plus belle.

Et voilà que sa musique faisait aboyer de plus gros chiens.

L’Histoire se répétait : après la farce, la tragédie.


3)
Perso je préfère cette romanisation à celle de Shostakovitch, plus germanique ou anglo-saxonne
4)
Fol-en-Christ en français
  • billets/2021/0908julian_barnes_le_fracas_du_temps.txt
  • Dernière modification: 2021/09/08 06:08
  • de radeff