billets:2021:1016myriam_benraad_jihad_des_origines_religieuses_a_l_ideologie

Myriam Benraad, Jihad, des origines religieuses à l'idéologie

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, le terme jihad est entré dans le langage commun, le plus souvent de façon assez caricaturale. Dévoyé de son sens initial, son usage s'est banalisé, renvoyant dans l'imaginaire collectif aux combattants musulmans ultra-violents venus anéantir nos sociétés. Une vision aussi portée par les idéologues jihadistes eux-mêmes, qui voient dans leur combat un véritable pilier religieux et une réaffirmation identitaire absolue. Cette polarisation des perceptions a conduit à d'intenses polémiques entre islamophobes et défenseurs de l'islam, toutes très éloignées des faits et des sources, et brouillant une juste compréhension des bouleversements à l'oeuvre. Quel sens donner au jihad selon les époques? Quel lien entre jihad et jihadisme? Qui sont les jihadistes? Quelles sont les causes de leur engagement? Quelles sont les différentes mouvances? Qu'ont-elles en commun sur le plan idéologique? En quoi divergent-elles? Cet ouvrage ambitionne de creuser cette complexité en vue de briser nombre de clichés et stéréotypes existants sur un enjeu fondamental de notre époque.

Selon les informations de l'éditeur, “Myriam Benraad est docteure en science politique et spécialiste du monde arabe et du Moyen-Orient1).

Et bien voici une universitaire de qualité2), qui nous livre ici, dans un texte concis, une très fine analyse de concepts largement galvaudés, notamment le djihad, mais aussi l'islamisme ou le salafisme, et j'en passe.

J'ai beaucoup apprécié la lecture de très éclairant ouvrage, par exemple pour avoir non pas un, mais des éléments de réponse sur ce qui pousse tant de djeunes et moins djeunes dans les bras du djihad armé, où l'on voit que ce n'est pas tant les carottes utopistes ou la connerie humaine que les manques de perspectives qui sont largement responsables. Comme quoi avant de dire que les muslims sont des imbéciles, on ferait bien de balayer devant nos portes.

Acheter l'ouvrage

Depuis le 11 septembre 2001, une majorité de militants s’est ralliée à l’idée d’une croisade conduite par l’Occident et ses alliés contre l’islam et ses fidèles, croisade à laquelle devrait supposément répondre un jihad globalisé. Cette représentation binaire et manichéenne explique l’intolérance absolue des jihadistes et leur rejet de toute différence, y compris religieuse parmi des coreligionnaires qu’ils prétendent représenter et défendre. Elle éclaire l’ultra-violence vantée et mise en œuvre par les groupes les plus radicaux, État islamique et Al-Qaïda en tête. Les jihadistes pensent incarner la civilisation là où le monde, à commencer par les sociétés occidentales, aurait sombré dans la barbarie. Ajoutons que la mémoire du colonialisme, fil conducteur de l’islamisme au XXe siècle, imprime tout le répertoire jihadiste et continuera sans doute de justifier les pires atrocités alors qu’elle se voit déformée et essentiellement dirigée vers la haine de l’autre. La nostalgie du califat rend compte du peu de connaissances qu’en ont les jihadistes dans les faits : ils lui associent un projet politique moderne, bureaucratique et totalitaire en rupture avec les formes d’organisation musulmanes traditionnelles. Réformer l’islam en tant que tel ne peut donc constituer une réponse satisfaisante au jihadisme : s’attaquer aux interprétations littéralistes du Coran et des sources sacrées, de même qu’à leur projection caricaturale dans le présent, offre en revanche des perspectives plus convaincantes.

notes intranet


2)
ce qui n'est pas si fréquent que cela, je suis bien placé pour le savoir
  • billets/2021/1016myriam_benraad_jihad_des_origines_religieuses_a_l_ideologie.txt
  • Dernière modification: 2021/10/16 07:50
  • de radeff