billets:2022:0408fabien_ralon_joy_division_lumiere_et_tenebres

Fabien Ralon, Joy Division : Lumière et ténèbres

“Here are the young men”, voici les jeunes gens de Manchester, ouvriers et furieux d'avoir vingt ans dans un centre industriel à la dérive. Sans aucun don artistique, ils forment un groupe punk, comme tant d'autres. Aucun d'eux ne sait jouer d'un instrument, ni chanter correctement. Tous quatre bouillonnent pourtant d'une volonté rageuse et hargneuse : ils veulent faire de la musique.

Le Joy Division est maintenant cerné. Toutes les issues sont closes. Il n'a plus qu'à épanouir sa lumière dans les ténèbres qu'il renferme…

Pas mal du tout cette bio du groupe, même si on regrette un peu la place démesurée de Ian Curtis. Mais après tout… C'était quand même beaucoup lui, Joy Division, d'autant qu'après sa mort, New Order n'a fait que de la daube.

Élément intéressant, le rôle de l'ingénieur son Martin Hannett qui a beaucoup contribué à la création de l'image acoustique du groupe mythique. Il paraît qu'il a une place non négligeable dans 24 Hour Party People, je ne m'en rappelle plus, va falloir que je revoie ce film1).

Ian-Curtis


1)
vu à Nairobi en 2004, ça commence à dater
  • billets/2022/0408fabien_ralon_joy_division_lumiere_et_tenebres.txt
  • Dernière modification : 2022/04/08 04:38
  • de radeff