billets:2022:0510robert_louis_stevenson_voyage_avec_un_ane_dans_les_cevennes

Robert Louis Stevenson, Voyage avec un âne dans les Cévennes

Frontispice de Walter Crane

La nuit est un temps de mortelle monotonie sous un toit ; en plein air, par contre, elle s’écoule, légère parmi les astres et la rosée et les parfums. Les heures y sont marquées par les changements sur le visage de la nature. Ce qui ressemble à une mort momentanée aux gens qu’étouffent murs et rideaux n’est qu’un sommeil sans pesanteur et vivant pour qui dort en plein champ. La nuit entière il peut entendre la nature respirer à souffles profonds et libres. Même, lorsqu’elle se repose, elle remue et sourit et il y a une heure émouvante ignorée par ceux qui habitent les maisons : lorsqu’une impression de réveil passe au large sur l’hémisphère endormi et qu’au-dehors tout le reste du monde se lève. C’est alors que le coq chante pour la première fois. Il n’annonce point l’aurore en ce moment, mais comme un guetteur vigilant, il accélère le cours de la nuit. Le bétail s’éveille dans les prés ; les moutons déjeunent dans la rosée au versant des collines et se meuvent parmi les fougères, vers un nouveau pâturage. Et les chemineaux qui se sont couchés avec les poules ouvrent leurs yeux embrumés et contemplent la magnificence de la nuit.

Acque les peine de coeur font parfois faire des choses folles!

En prévision d'un p'tit tour entre amoureux le long du GR70 aka le chemin de Stevenson, dans quelques semaines…

En savoir plus sur wikipédia

  • billets/2022/0510robert_louis_stevenson_voyage_avec_un_ane_dans_les_cevennes.txt
  • Dernière modification: 2022/05/10 06:31
  • de radeff