SEBES 2004
Le développement durable

Un bilan multisectoriel provisoire

(126 pages)

Sous la direction de Joël Jakubec
hiver 2004

©Copyright 2004 Georg Editeur, M & H, département livres,
46 chemin de la Mousse, CH-1225 Chêne-Bourg, Genève
1 rue du Dragon - F-75006 Paris
livre@medhyg.ch - www.mwdhyg.ch
ISBN 2-8257-0871-2


Avant-propos

Un ouvrage traitant du développement durable côtoie deux impasses. Uniquement reflet des exigences écologiques, il court le risque de n'atteindre que les lecteurs déjà acquis à cette cause: ils y trouveront de nouveaux et nombreux arguments en faveur de leurs convictions. En revanche, reflet des prétentions de l'économie, l'ouvrage risque de se voir rejeté par les premiers parce que passant trop sous silence les dangers qui menacent la planète. Aussi, nous avons voulu mettre en regard, à l'aide de quelques exemples, deux préoccupations trop souvent inconciliables: maintien en l'état de l'environnement et prise en compte des contraintes économiques.[1]
Dans une première partie, nous avons rassemblé des articles théoriques et généraux explicitant le concept de développement durable, son assise philosophique, sa réception et ses conséquences éthiques, sociales, voire sanitaires, à savoir les choix de société qu'on ne pourra sans cesse éluder. Faut-il privilégier la protection de l'environnement, sa flore, sa faune, les paysages, aux dépens du développement économique et social - en un mot la deep ecology est-elle l'avenir obligé de l'homme? Ou à l'inverse, faut-il admettre que la pollution sera toujours le parasite de l'activité économique; la prétention à l'éco-efficacité des entreprises serait-elle un leurre? Les textes rassemblés, d'horizons divers, laissent apparaître des divergences que nous n'avons pas voulu effacer.
Enfin, cette section aborde les grandes options internationales du Sommet du développement durable de Johannesburg présentées par l'un des délégués à la Conférence.
Une seconde partie énumère quelques approches propres à favoriser un développement durable. Cette section paraîtra très prosaïque; elle est néanmoins utile. On peut en effet écrire des centaines de pages relativement au développement durable. Cependant, l'air est de plus en plus irrespirable, la montagne de déchets de plus en plus haute et chaque fois que survient - suite au naufrage d'un pétrolier armé grâce à d'obscurs financements - une marée dite noire, le public se demande s'il est possible, pratiquement, d'agir à l'encontre.
Aujourd'hui, plusieurs entreprises font des efforts, parfois onéreux pour le respect de l'environnement. L'UBS, par exemple, a créé une entité d'écologie d'entreprise afin de repérer les possibilités d'économie d'énergie et de matériel et de gérer au mieux les déchets dans sa pratique quotidienne. L’union internationale des transports routiers (IRU) a adopté une charte, “l'un des événements les plus encourageants de l'après-Rio”, selon Maurice Strong, secrétaire général du Sommet de la terre de Rio. Elle promeut des mesures techmques et un comportement des transporteurs susceptibles de réduire l'impact environnemental.
Il faut savoir qu'existent, notamment, des procédés relativement peu coûteux de recvclage des déchets, des possibilités d'économie d'énergie sans attenter au confort, et, the last but not the least; des fonds d'investissements financiers “propres”... et que des entreprises, déjà maintenant, tentent de les adopter. Par ailleurs, certains efforts sembleront à d'aucuns fort timides; ils témoigent cependant d'une prise de conscience écologique, première étape en vue d'actions davantage décisives.
Si donc la première partie de l'ouvrage envisage le développement durable dans son contexte universel, la seconde le fait dans le cadre d'une région (hyper)développée, la Suisse romande. Ces pages en aucun cas ne se veulent définitives. Elles proposent au lectreur – et au décideur – des thèmes pour une réflexion éthique, philosophique, politique et épistémologique relative au développement durable ainsi qu’un bilan provisoire, à mi-chemein des réalisations souhaitées.
Contribution au développement durable, cet ouvrage participe en définitive de la notion de qualité de vie, notion qui n’a de sens qu’en incluant passé, présent et durabilité des sociétés. La “qualité durable d vie”devrait devenir le critère déterminant des décideurs. Hélà, pour l’instant cela ne semble guère être le cas! Nous faisons nôtre ces lignes du doscteur Bertnad Kiefer: “Les générations futures perleront de la nôtre comme de celle qui ne jurait que par la croissance. Celle qui n’avait aucun autre critère pour regarder le monde – voir s’il se développe, s’il convient à son projet – que quelques pou-cents de PIB en plus. Voici l’unique modus vivandi de notre ère: la consommation de biens doit absolument augmenter. Que la consommation soit triste importe peu: il faut lui faire la fête. N’osant plus regarder un avenir – lequel? – nous adorons un indicateur économique qui nous mène contre le mur (comment pourrait-on vivre longtemps dans un monde qui a besoin de croissance pour garder un minimum de stabilité) et qu’il le fasse de façon soft n’y change rien.”[2]
En en guise de conclusion, tranchant tant par l'angle d'approche du sujet que par son mode ironique et désabusé, Jacques Grinevald - et c'est tant mieux - tient en éveil notre mauvaise conscience quant à l'avenir de la planète.

1. L’idée d'un tel ouvrage fait suite a une édition spéciale du 20 décembre 2002 de l'hebdomadaire Entreprise romande (Didier Fleck, rédacteur en chef), organe de la Fédération des entreprises romandes Genève, mettant en regard les préoccupations des chefs d'entreprise et des défenseurs de l'environnement relativement au développement durable.
2. KIEFER Benrand, «ce que révèle le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère)», in Médecine & Hygiène, revue de la Société suisse de médecine interne, no 2436, 7 mai 2003.


TABLE DES MATIERES
Illustration de couverture: par courtoisie, Diane Olivieri, L'arbre, durable et fragile.

Avant-propos

Plan de l'ouvrage

PREMIERE PARTIE : le développement durable, approche scientifique, social et éthique

1. Le développement durable: une éthique du changement,
un concept intégrateur, un principe d'action
Antonio DA CUNHA

2. Peut-on envisager un développement durable
sans enjeux éthiques?
Joel JAKUBEC

3. La pérennité des sociétés dépend de la version forte
du développement durable
Jacques MIRENOWICZ et Susana JOURDAN

4. A quelles conditions le concept de développement durable serait-il crédible?
Jan MAREJKO

5. L'ingénieur du XXI siècle et le développement durable
Claude FRIEDLI

6. Développement durable et éthique médicale
Jean MARTIN

7. Le Sommet du développement durable de Johannesburg
René LONGET

DEUXIEME PARTIE : Le développement durable,
quelques exemples de mise en oeuvre

1. Agenda 21: de la théorie à la pratique
Robert CRAMER

2. L'écologie industrielle
Suren Erkman

3. Un laboratoire d'idées sur la durabilité
Walter R. STAHEL

4. De la décharge au recyclage
Bernard GIROD

5. Les investissements socialement responsables
Caroline SCHUM et Dominique BIEDERMANN

En guise de conclusion
Jacques GRINEVALD


Les éditeurs remercient le Département de l'intérieur, de l'agriculture et de l'environnement, Genève; le Département des affaires culturelles de la Ville de Genève; l'Observatoire universitaire de la Ville et du Développement durable à Lausanne; l 'hebdomadaire Entreprise romande et la Fédération des entreprises romandes Genève, ainsi que la Fondation du Devenir, qui ont apporté leur soutien à la publication de cet ouvrage.

Mise en pages: Compotronic SA, Boudry/NE.