LA RADIOACTIVITÉ ET LE VIVANT

LITTERATURE
Lu jadis
 
Amory B. Lovins, Stratégies énergétiques planétaires, traduction française par les «Amis de la Terre» de World Energy Strategies dont une premiere version ronéotypée a été diffusée par les Amis de la Terre de Grande-Bretagne à la fin de 1973 et une seconde version est parue dans The Bulletin of the Atomic Scientists, Chicago, en mai-juin 1974. L'édition française comporte une Préface de Ph. Lebreton et G. Nicaise, la traduction de la Préface à l'édition suédoise par Hannes Alfven, Prix Nobel de physique, un Avant-propos de David R. Browner, Président des Amis de la Terre au niveau international ainsi qu'une Note non signée sur l'auteur et le livre. Christian Bourgois éditeur, Paris, 1975, 192 p.

     Ce n'est pas sans raison que les préfaciers de l'édition française de cet ouvrage ont qualifié Amory Lovins d'auteur génial et que le Prix Nobel Hannes Alfven a présenté ledit ouvrage comme un «admirable survol du débat» énergétique. Rompant avec la tradition des économistes qui, traitant de l'énergie, avaient habitué les gestionnaires tant politiques que commerciaux à des extrapolations de la croissance des «besoins» en énergie et à l'agrégation des finalités de cette dernière, la production de chaleur domestique n'étant pas distinguée de la production de lumière artificielle ou des utilisations informatiques, Amory Lovins, alors tout frais émoulu de physique et de lettres, est venu introduire dans le débat énergétiques les dimensions suivantes:
     - contraintes imposées par la Biosphère, et singulièrement le climat terrestre, à toute politique énergétique de croissance;
     - intégration des «esclaves énergétiques» à disposition des hommes des sociétés industrialisées pour apprécier l'impact imposé par ces dernières à l'écosystème et l'inégalité existant entre les nantis et le Tiers-Monde;
     - mesure du rendement thermodynamique de tout système de production, y compris agricole, se superposant à sa mesure économique et financière;
     - adaptation ou adéquation thermodynamique des formes d'énergie (à distinguer soigneusement des sources, l'électricité par exemple, étant une forme ou un vecteur mais en aucune façon une source) aux utilisations visées, les différentes formes n'étant pas impunément interchangeables;
     - problèmes de politique internationale posée par le risque de prolifération des armes nucléaires pouvant être induit par certaines filières;
     - problème éthique des risques inhérents au pacte faustien proposé à la génération des années septante par les nucléocrates.

suite:
     A ces apports greffés sur une information quantitative et qualitative exceptionnelle, Amory Lovins ajoutait le recours a un humour souvent désopilant, tel celui dont il fait montre dans la citation que voici: «Comme le fait remarquer Malcolm Mac Ewen, un homme qui ne peut pas remplir sa baignoire parce que l'eau s'écoule sans cesse n'a pas besoin d'un plus grand chauffe-eau, il a besoin d'un bouchon.»
     A la lumière de ces principes et problèmes, l'auteur étudie les avantages et les inconvénients  des différentes sources d'énergie disponibles de par le monde, à savoir le pétrole, le gaz naturel, le charbon, les hydrocarbures non conventionnels, mais aussi les grands paramètres de toute stratégie énergétique que constituent les problèmes de rythme et d'ordre de grandeur, les implications des contraintes en capital, les options autres que les combustibles fossiles, la fission nucléaire, la fusion nucléaire, l'énergie géothermique, les énergies actuelles (donc les diverses formes d'énergies solaires), les systèmes energétiques et leurs composants, les économies d'énergie et enfin les enjeux y compris dans les questions de risques, d'éthique et de conflits.
     La plupart des «Conclusions» que Amory Lovins posaient à la fin de son opuscule mériteraient de figurer dans une Anthologie des Jalons de la pensée sur les liens entre Energie et Société. Citons-en ici les plus actuelles:
     a) «Les taux de croissance énergétique accélérée que la plupart des pays industrialisés ont longtemps maintenu ne peuvent plus durer bien longtemps. Les gouvernements devraient s'adapter àcette réalité et mettre au point des stratégies à longue portée compatibles avec cette situation et avec les autres contraintes de ressources qu'elle implique...
     b) La plupart des ajustements techniques qui augmentent les approvisionnements en énergie sont lents, coûteux, risqués et à bénéfices temporaires; la plupart de ceux qui réduisent la demande sont assez rapides, bon marché ou gratuits, et d'un bénéfice permanent...
     c) Il est nécessaire de mettre rapidement en oeuvre les moyens de diminuer les coûts sociaux et écologiques de l'extraction, de la conversion et de la combustion du charbon, car celui-ci et les produits synthétiques dérivés offrent à beaucoup de pays, à court et à moyen terme, la seule voie de transition d'une économie fondée sur le pétrole à une économie durable, fondée sur les énergies actuelles...
     d) Un choix varié de technologies énergétiques «non conventionnelles» - surtout celles fondées sur les revenus plutôt que sur le capital énergétique - devraient être développées et déployées aussi rapidement que possible à l'aide de stimulants adaptés. Les actuelles et les nouvelles technologies énergétiques devraient être intégrées dans des systèmes qui les utiliseraient chacune de façon aussi adaptée et efficace que possible.
p.119

     e) Les ressources fiscales et humaines actuellement consacrées aux programmes de fission nucléaire, et surtout au développement des surgénérateurs, devraient être immédiatement redistribués vers les objectifs b, c et d. Les gouvernements devraient interrompre  leurs  programmes nucléaires jusqu'à ce que l'on trouve un nombre suffisamment important de personnes infaillibles pour les faire fonctionner pendant les prochaines centaines de  milliers d'années, et jusqu'à ce que toutes les personnes affectées par de tels programmes aient été consultées... Si, comme beaucoup d'experts s'y attendent, un accident majeur survenait dans un réacteur ou dans un confinement des déchets dans les dix-quinze prochaines années, la fission risquerait de devenir politiquement impraticable...[1]
     j) Tous les pays devraient s'inspirer des principes suivants:
     1. ... Les facteurs biophysiques, aussi bien qu'économiques doivent gouverner les décisions en matière d'énergie.
     2. Nous devons mettre au point une science et une technique d'analyse des impacts énergétiques, afin de faire de l'énergie une variable critique de toutes les décisions politiques [2], plutôt que de la laisser surgir de facto des décisions prises en fonction d'autres considérations. Sinon nous pourrions devenir des exportateurs nets d'énergie vers le Moyen-Orient en échangeant des produits à haute teneur énergétiques contre du pétrole, ou à commettre d'autres  absurdités  du  même genre [3]. En outre, nous devons tous apprendre à voir l'énergie, non seulement dans les combustibles et l'électricité, mais dans les biftecks, le papier, les bouteilles, tout...
     3. Nous devons distinguer les besoins de la demande et éviter de créer des demandes inutiles.
     4. La perception qu'ont les économistes de l'énergie s'améliorera probablement s'ils réapprennent que la monnaie est un moyen d'échanger des ressources physiques réelles, du travail, de l'eau, du terrain, etc., mais n'est pas en elle-même une telle ressource...
     5. Pour prendre des décisions rationnelles à long terme - plus d'une vingtaine d'années - nous devons nous renseigner sur le comportement non linéaire des systèmes biologiques, moins nous fier aux calculs d'escompte et d'amortissements, cesser de minimiser les risques futurs, considérablement allonger nos horizons de temps...
     6. Les avis politiques devraient maintenant commencer a venir de ceux qui ont essayé de prévenir nos difficultés présentes, et non de ceux qui les ont causées mais qui dominent encore la planification énergétique... De plus, les enjeux importants de la stratégie énergétique ne sont pas techniques et économiques mais plutôt sociaux et éthiques; ils ne peuvent être convenablement perçus par ceux dont la vision est purement technique: «Leur croyance en l'efficacité de la puissance les aveugle et les empêche de voir la plus grande efficacité de sa non-utilisation. »
     7. Nous devons adopter explicitement la méthodologie des prises de décision dans l'incertitude, en reconnaissant que, même des événements de très faible probabilité peuvent se produire et que l'on doit s'en protéger. Les systèmes hautement techniques, hautement bureaucratisés, hautement centralisés sont les plus vulnérables à l'imprévu. Les gouvernements devraient essayer de diversifier leurs «portefeuilles» de risques.
suite:
     8. Enfin, nous ne devons pas oublier que la façon dont nous choisissons l'échelle de temps pour la planification peut affecter notre choix de stratégies. Poursuivre un but à court terme (comme l'indépéndance vis-a-vis du pétrole importé) peut exclure des options à long terme et conduire à des problèmes similaires, mais encore plus difficiles à résoudre, d'ici quelques décennies, tout comme nous sommes maintenant sévèrement restreints dans nos choix par la planification à court terme faite dans le passé. La planification est un procédé de temporisation et son but, dans un monde incertain, est de garder ouvertes autant d'options que possible. Les politiques énergétiques actuelles, aussi tacites et mal construites soient-elles, détruisent rapidement les options dont l'humanité, vivante ou à naître, aura besoin pour des millénaires.»
     Telles étaient les thèses de Amory Lovins immédiatement après le premier choc pétrolier, au début des années septante. Plus de quinze ans après, force est de constater qu'il n'a toujours pas été entendu. Non seulement les responsables actuels de la planification énergétique n'ont-ils rien changé aux méthodes qu'ils avaient utilisées avant cet événement, mais la plupart des citoyens occidentaux ont continué à se montrer plus énergivores comme le signale la montée en puissance de leurs voitures individuelles, toujours plus gourmandes en pétrole, alors même que ce dernier est de plus en plus rare et convoité et que presque partout en Europe des limitations de vitesse rendent la puissance automobile obsolète. D'ailleurs, la preuve que cette évolution tourne le dos au progrès véritable, c'est que le rendement thermodynamique   des moteurs automobiles se traîne misérablement en-deçà de 20% alors que des mutations sont intervenues dans la performance d'autres techniques comme celle des ordinateurs.
     Toutefois, c'est sur le plan international que la dépendance des pays industrialises envers le pétrole s'est révélée la plus redoutable, avec une accélération du décalage entre pays développés et pays du Tiers-Monde, puis avec l'éclatement de la crise du Golfe arabo-persique soulignant l'extrême vulnérabilité de l'économie mondiale et de la paix elle-même.
*
1. C'est nous qui soulignons ces passages prémonitoires  des  Conclusions de l'ouvrage d'Amory Lovins écrit plus de douze ans avant l'accident de Tchernobyl. Depuis ce dernier, l'opinion publique commence à se rendre compte que les spécialistes du nucléaire ne sont pas infaillibles, de sorte que dans plusieurs pays le recours à l'électronucléaire est pratiquement exclu, mais l'inertie idéologique et institutionnelle est telle que les lobbys nucléaires parviennent encore à séduire des prétendus responsables politiques qui n'ont pas tous compris que l'ère de l'énergie bradée est définitivement révolue. Ce phénomène est d'autant plus fort que les processus de décision sont moins démocratiques.
2. C'est Amory Lovins qui souligne tout ce qui figure en italique dans ce texte.
3. C'est nous qui soulignons ce passage de Amory Lovins, également prémonitoire pour ce qui est de l'exportation de milliards de dollars d'armements hautement sophistiqués et à haute concentration énergétique des pays industrialisés vers le Moyen-Orient et plus précisément vers l'Irak, avec les conséquence que l'on connaît aujourd'hui.
p.120

     Bien que l'originalité d'Amory Lovins en matière de prospective énergétique fût intégralement présente dès l'opuscule que nous venons de commenter, c'est dans un ouvrage postérieur, non traduit en français, intitulé Soft Energy Paths, Toward a Durable Peace [4] qu'elle devait sauter aux yeux de ses lecteurs sous la forme de graphiques représentant, pour la première fois à notre connaissance, des courbes de production et de consommation futures d'énergie qui, au lieu de grimper continuellement comme chez les autres experts de l'époque, tous acquis à une croissance illimitée, s'infléchissaient vers le bas plus ou moins rapidement pour décroître inéluctablement en, fonction des contraintes que nous avons enoncées au début du présent compte rendu.
Octobre 1990, Jan Masolijn
*
(4) «Voies energetiques douces. Vers une paix durable», Pelican Books,  1977, Penguin Books, Harmondsworth, Middlesex, England, New York, 1977, 231 pages.

     Peter Pringle et James Spigelmann, Les barons de l'atome, Paris, Editions du Seuil, 1982, 416 p. (traduction de The Nuclear Barons, New York, Holt Rinehart and Winston, 1981).

     Voici assurément un ouvrage fondamental pour comprendre la problématique mondiale dans ses dimensions stratégique, énergétique et culturelle. Il y avait jusqu'à sa parution profusion d'études spécialisées ou partisanes sur différents aspects du nucléaire civil ou militaire, mais fort peu d'enquêtes globales sur la
genèse et le développement du nucléaire aux aux Etats-Unis d'Amérique, en URSS, en Grande-Bretagne, au Canada, en France, en République fédérale d'Allemagne, au Japon, en Inde, en Israèl, en Chine et ailleurs. Qui plus est, les spécialistes d'histoire  contemporaine  semblent  avoir éprouvé une certaine aversion pour un tel sujet et on peut les comprendre: ils sont
 mal préparés à l'aborder, d'une part en raison dè leur habituel manque de connaissances scientifiques et techniques, d'autre part en raison des lacunes qualifiées que comportent les sources de documentation à disposition.
     Il faut donc savoir gré au journaliste britannique Pringle et au juriste australien Spigelman d'avoir pallié cette carence en profitant des documents rendus récemment accessibles aux Etats-Unis par la loi sur la liberté de l'information, mais aussi en exploitant une impressionnante bibliographie, principalement en anglais et en français.
     L'ouvrage est divisé en quatre parties consacrées respectivement aux années quarante et aux années septante. Ces quatre parties sont divisées à leur tour en chapitres, en tout vingt-huit, dont on peut regretter qu'ils soient dotés de titres accrocheurs qui ne renseignent pas du tout le lecteur non initié sur leur contenu réel.
     Les auteurs ont fait oeuvre tout à la fois de journalistes et d'historiens, mais aussi de politologues - ils analysent, en effet, des processus de décisions - et également de sociologues de la science, car ils étudient des groupes de spécialistes ou prétendus tels et leurs expressions institutionnelles en recherchant volontiers leurs similitudes et différences dans les différents contextes nationaux. Ainsi font-ils ressortir la prompte relève des physiciens par les ingénieurs dès la première phase de chaque programme nucléaire, puis, dans une deuxième phase, la relève des ingénieurs par un groupe restreint de technocrates constituant «un monde à part». Sur ce point, il y a un parallélisme frappant entre l'évolution des institutions atomiques des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, du Canada et de l'URSS dès les années cinquante.

suite:
     L'indissociabilité du nucléaire civil et du nucléaire militaire, le caractère particulièrement dangereux, en tout dans l'ordre politique, de la filière des surrégénérateurs au plutonium, et l'inefficacité des prétendues sauvegardes contre la prolifération dont l'Agence internationale pour l'énergie atomique a la garde figurent parmi les principaux enseignements qui se dégagent de la lecture de cet ouvrage. Il n'en est que plus curieux que ses auteurs ne paraissent pas tirer de ces constatations toutes leurs conséquences. En effet, loin de se prononcer catégoriquement contre le recours à l'électronucléaire, par exemple, ils semblent considérer sans défaveur la proposition que le physicien américain Alvin Weinberg présenta dès 1972 à l'effet de constituer un véritable «sacerdoce nucléaire» chargé de gérer pendant pendant les millénaires à venir une technologie dangereuse car effectivement issue d'un pacte faustien!
     Parmi les autres faiblesses de l'ouvrage, il convient de signaler une analyse dépassée depuis de nombreuses années du programme  nucléaire argentin et une connaissance très lacunaire de la littérature antinucléaire, particulièrement de celle émanant des scientifiques français. La Gazette nucléaire, par exemple, n'est jamais citée, probablement parce que les auteurs en ignorent même l'existence. En dépit de ces faiblesses et de quelques autres dues au style journalistique, les spécialistes d'histoire contemporaine ne pourront guère se permettre d'ignorer Les barons de l'atome.
Ivo Rens
Recension parue dans la Revue suisse d'histoire, vol. 34,1984, pp. 258-259.

L 'aventure de la Bombe. De Gaulle et la dissuaszon nucléaire (1958-1969). Colloque organisé à Arc-et-Senans par l'Université de Franche-Comté et l'Institut Charles de Gaulle les 27, 28 et 29 septembre 1984, Paris, Plon, 1985, 380 p. (Collection Espoir).

     Enfin un ouvrage produit par quelques-uns des responsables des différents aspects de la politique nucléaire de la France! L'ensemble est articulé en trois parties dont les deux dernières sont elles-mêmes subdivisées en sections. On y trouve des communications, souvent de bonne qualité, suivies de débats, voire d'appendices.
     La première partie est intitulée «Les origines de la Force nucléaire de dissuasion». La deuxième partie expose «La mise en oeuvre de la dissuasion nucléaire» et comporte trois sections libellées respectivement «Les moyens», «L'élaboration du concept français de stratégie nucléaire» et «La mise en oeuvre». La troisième partie: «Les implications politiques de la force de dissuasion» comporte également trois sections intitulées respectivement «Les réactions intérieures à la politique nucléaire du général de Gaulle», «La dissuasion française face à l'extérieur», «La force nucléaire et le poids de la France».

p.121

     Sous-jacente à la première partie, qui est la plus historique, se pose la question: Comment, dans une IVe République atiantiste et hostile à une Bombe française, un petit nombre de politiques et de scientifiques ont-ils pu mener les préparatifs qui rendirent possible la première explosion nucléaire française moins de deux ans après le retour au pouvoir du général de Gaulle? Les réponses sont fournies ingénument par les auteurs des communications relatives à la première partie, et plus cyniquement par le principal responsable desdits préparatifs à savoir M. Pierre Guillaumat qui fut Administrateur général délégué du Gouvernement près le CEA de 1951 à 1958, avant de devenir ministre des Armées de 1958 à 1960 puis ministre délégué aux Questions atomiques de 1960 à 1962.
     M. Guillaumat nous apprend en effet: «Nous laissions aux hommes politiques la responsabilité de signer des documents permettant la préparation de l'arme atomique tout en disant qu'il n'en est pas question» (p. 70). Les tergiversations de Guy Mollet, d'abord adversaire puis partisan de l'armement nucléaire après l'aventure frustrante de Suez, et celles en sens inverse de Mendès-France et de Jules Moch en proie a un repentir aussi vain que tardif, ne font que mieux  ressortir  la  surdétermination nucléocratique des dirigeants du CEA, de quelques rares scientifiques dont le professeur Yves Rocard, directeur du laboratoire de l'Ecole normale supérieure, des gaullistes et, bien sûr, du général de Gaulle lui-même, tous partisans inconditionnels de la raison d'Etat.
     Plus que tout autre à notre connaissance, cet ouvrage permet et justifie une réévaluation des relations de Paris avec les autres puissances, à la lumière du feu nucléaire.
Ivo Rens
Recension parue dans la Revue suisse d'histoire, vol. 37, 1987, no 1, pp. 105-106.
Jean-Claude Favez et Ladislas Mysyrowicz, Le nucléaire en Suisse. Jalons pour une histoire difficile, Lausanne, Editions l'Age d'Homme, 1987, 179 p. (Collection «La Suisse en question»).

     Ce livre est constitué de deux études distinctes qui prennent appui sur les résultats d'une recherche menée sous les auspices du Fonds national suisse pour la recherche scientifique par l'Unité d'histoire contemporaine de la Faculté des lettres de Genève sur le thème «Cohésion nationale et changement technologique:
le cas du nucléaire et de l'informatique» (4 volumes polycopiés, consultables sur place). La première, signée par Ladislas Mysyrowicz, initulée «Aux origines de la problématique nucléaire», met en parallèle les premières étapes de l'ère nucléaire et les répercussions qu'elles ont eues sur l'opinion publique suisse. La périodisation s'articule autour de Hiroshima-Nagasaki en août 1945 et du discours du président Eisenhower du 8 décembre 1953 lequel fut à l'origine de la fameuse conférence de l'«Atome pour la Paix» qui se tint à Genève en août 1955. L'auteur y retrace l'évolution de l'opinion publique suisse prise entre les mirages d'un nouvel Age d'or, les tentations d'une industrie nucléaire intégralement suisse, la découverte progressive de l'envers du décor et «l'exorcisme impossible» de l'électronucléaire; et ce, jusqu'en 1957.

suite:
     La seconde étude, due à la plume de Jean-Claude Favez, est intitulée «Le nucléaire et la culture politique suisse». Axée sur les difficultés tant d'application que de révision de la loi atomique de 1959, elle est fondée sur l'étude des documents parlementaires pendant la période qui va de 1959 à 1980. C'est donc délibérément que les prises de position extraparlementaires, présentées dans les annexes, n'ont pas été incorporées au corpus. On y trouve une analyse en profondeur des tensions provoquées, surtout dans les années 1970, par l'électronucléaire et en particulier par le projet de centrale de Kaiseraugst, entre l'Etat de droit et les exigences nouvelles de la démocratie issues de la prise de conscience écologique.
     A propos d'écologie, on regrettera toutefois une certaine confusion entre l'écologie politique et l'écologie scientifique. Cette dernière, en effet, n'est pas née dans la période considérée, comme pourrait le faire croire un passage (p. 142), mais bien au tout début du siècle comme l'atteste son institutionnalisation en tant que branche de la biologie chargée d'étudier les interactions entre les êtres vivants et leur environnement. C'est en 1913 qu'ont été créés la «British Ecological Society» et son périodique intitulé Journal of Ecology et c'est en 1915 que sont nés leurs pendants nord-américains, la «Ecological Society of America» et son organe intitulé tout simplement Ecology. Or, ces sociétés savantes et leurs publications n'ont alors qu'un rapport potentiel avec le thème de la protection de la nature.
     Consacré à une matière explosive et justiciable de disciplines et de registres aussi divers que variés, ce petit ouvrage, dont les auteurs s'abstiennent soigneusement de prendre parti, n'en constitue pas moins un passage obligé pour tout historien qui traitera de l'évolution politique de la Suisse de la seconde moitié du XXe siècle.
Ivo Rens
Recension parue dans la Revue suisse d'histoire, vol. 40, 1990, no 2, Schwabe & Co AG Verlag, Basel.

Comptes rendus d'ouvrages récents

Philippe Lebreton, La Nature en crise, Editions Sang de la Terre, Paris, 1988, 346 p.

     L'ouvrage est préfacé par François Ramade, professeur d'écologie et de zoologie à l'Université de Paris-Sud; postface de Robert Hainard.
     En un bref prologue, l'auteur définit l'intention de son étude. Non seulement la nature est en crise (déclin, voire disparition irrémédiable de plusieurs espèces: perdrix, râle de genêts, etc; ou végétales: flore des moissons ou des marais), mais encore la protection de la nature semble à  bout de course. Face aux excès de la société industrielle, un net mouvement de remise en question était apparu dans l'opinion publique éclairée il y a une vingtaine d'années; il a obtenu quelques succès, le plus facile ou le plus évident a été fait (p. 13). Mais aujourd'hui, les médias et les politiciens ne s'attendrissent plus sur la chlorophylle; ils préfèrent agiter le spectre du chômage et de la concurrence internationale. 

p.122

Philippe Lebreton invoque encore un autre motif de désintérêt pour la protection de la nature, que pour notre part nous placerions en premier: «Faute sans doute de discipline et d'éducation, le public français - toujours latin et récemment technophile - n'a pas vraiment admis la nature et, après un bref intermède de lucidité, voire de civisme dans les années septante, a adopté une attitude probablement freudienne de repli individualiste et de fuite en avant dans l'artificiel» (p. 15). Plus loin il ajoute: «Nous parlerions volontiers de cohabitation homme/nature pour les Etats-Unis, de symbiose au Japon, d'ignorance ou d'hostilité plutôt en ce qui concerne la France et, de manière plus générale, les pays latins et méditerranéens comparés aux peuples anglo-saxons et nordiques» (p. 22). 
     Enfin, avant d'entrer dans le vif du sujet, fort utilement le professeur Lebreton précise un certain nombre de définitions. Nous retenons ici celle qu'il donne de l'écologie scientifique: «Nourrie des disciplines naturalistes et, pour partie, physico - chimiques, l'écologie est par excellence la science de la nature: se situant à un niveau intégré de l'organisation matérielle et biologique, elle se propose en effet de décrire et d'expliquer, non seulement les relations de chaque espèce avec son milieu (autécologie, notion de biotope), mais les relations des
espèces entre elles (synécologie, notion de biocénose)». En note, il ajoute cette remarque qui nous semble inspirer l'ensemble de son ouvrage: «On peut donc aussi parler d'intelligence de la nature, au sens étymologique du terme: inter(re)lier» (p. 26). Il caractérise ensuite le champ de recherches: «Introduisant les paramètres temps et énergie dans cette optique anatomique, l'écologie devient physiologique lorsqu'elle étudie le fonctionnement des écosystèmes. L'écologie est  tout  autant  fondamentale - lorsqu'elle formule les lois régissant la structure et l'évolution des communautés biologiques (notions de chaines alimentaires ou de stratégies démographiques) - qu'appliquée - lorsqu'elle aborde le dysfonctionnement des cycles géochimiques, débouchant sur une écopathologie, ou science des nuisances.»
     L'ouvrage est divisé en trois parties. Le premier tiers établit l'état de la nature, les constats en cette fin du XXe siècle. Les données concernent en général la France; nous pensons que la situation en Suisse est souvent approchante.
     Lebreton envisage d'abord la faune. «Pour la génération de nos parents ou de nos grands-parents, écrit-il, la chasse au perdreau et son apprêt culinaire étaient parties prenante du rituel dominical campagnard» (p. 36). On a fini par s'adapter à la fadeur du poulet surgelé et nourri industriellement, ajoutons-nous! La circulation automobile, la mécanisation de l'agriculture, le remembrement agricole qui supprime les haies, le drainage, le recours intensif à la chimie, les pesticides, la chasse usant d'armes toujours plus meurtrières et profitant de l'ouverture de routes jusqu'au coeur des forêts et des régions de montagne les plus reculées, ont décimé les espèces (le lecteur trouvera énumérations et statistiques au fil des pages).
     Puis la flore. Celle-ci souffre particulièrement de deux activités humaines, aujourd'hui intensives: l'agriculture et le tourisme. Les messicoles, les espèces de milieux humides, des dunes, sont les plus touchées (p. 64), exterminées par le dépeupleur [1] planétaire qu'est l'homme. 
suite:
Au Sud, entre autres exemples, «les sierras andalouses ont été ravagées à coup de capitaux et de bulldozers étrangers pour l'implantation sur de vastes surfaces d'oliveraies ou d'amanderaies soigneusement purgées de toute flore adventice, tandis que les ruraux, expulsés par cette mutation économique, venaient grossir les bidonvilles de Séville» (p. 67) ou exécuter les travaux que Suisses et Allemands ne veulent plus accomplir. Le biologiste aborde le sujet controversé du dépérissement forestier, «résultat d'une synergie entre causes artificielles elles-mêmes multiples et éventuellement interactives, et causes naturelles probablement subordonnées» (p. 80). Le chapitre s'achève sur ce constat: «La protection du végétal, plus encore que pour l'animal, exige la maîtrise totale du milieu, d'où - à l'exception des herbes utiles - le mépris et l'hostilité du rural pour la plante sauvage, ressentie comme concurrente de ses efforts» (p. 81).
     Les sites et les paysages si souvent abâtardis (d'où ce qualificatif, monstre linguistique, qui le leur renvoie bien: lieu rurbain!) sont également passés en revue; nuisances dues aux grands travaux: autoroutes, canaux, centrales nucléaires... Certes, tout n'est pas urbanisé ni construit, néanmoins il faut que les espaces naturels aient une certaine grandeur pour former des unités valables. «Si l'on prend des segments minimums de 2 km de long et de 2 km de profondeur (définition anglaise de 1' heritage coast), il ne reste plus en Méditerranée française (Corse non comprise) que 1,9%, soit 17,5 km d'espaces naturels» (p. 89). Et ces chiffres datent de 1979!
     Sans oublier l'état de l'atmosphère, des sols et des eaux. En ce qui concerne ces dernières, Lebreton attire l'attention sur la pollution thermique. A 20oC, l'eau saturée contient 9 mg/litre d'oxygène dissous, et en perd 2% environ pour chaque degré d'échauffement. Sur le site électronucléaire de Bugey, sur le Rhône, où 3 centrales fonctionnent par refroidissement à eau, l'échauffement moyen des eaux est de 5,6+- 1,8oC, soit +2o par an (à ce niveau la valeur thermique normale du Rhône est de l'ordre de 5o par an). De plus la réoxygénation du fleuve est gênée par l'aménagement des barrages hydroélectriques qui nuisent au brassage et remous propices aux échanges air/eau (p. 123).
     La description sommaire mais suffisante du contexte, à savoir notre système économique industriel, dans lequel la protection de la nature tente de faire entendre sa voix, introduit la deuxième partie de l'ouvrage:
     - Confiance absolue en la technique, prolongeant un siècle de triomphalisme scientiste (Comte, Pasteur, Berthelot, les Curie...).
      - Primauté du quantitatif sur le qualitatif; absurdité de la notion de PNB (produit national brut), étalon de la richesse, qui inclut toutes les dépenses nationales, même contradictoires; en France on additionne le chiffre d'affaires de la Seita (régie des tabacs) par exemple et le budget affecté aux Centres anticancéreux.
     - Primauté de l'économique sur le vivant.
     - Hétéronomie croissante des individus et des groupes sociaux, très sensible dans les domaines de la santé, de la culture et des loisirs.

[1] Terme emprunté à Samuel Beckett.
p.123

     Un tel système ne trouve son équilibre que dans le mouvement: «le phénomène de croissance est donc inhérent au fonctionnement d'une telle économie, dont le maître-mot est toujours plus» (p. 144). Avec pour conséquences l'évolution énergétique, l'intensification agricole (et son endettement qui croît dans les mêmes proportions), les nuisances dues aux transports et aux loisirs intégrés à la sphère commerciale! Lebreton a de l'humour lorsqu'il écrit: «Il faut beaucoup d'esprit critique pour saisir l'ironie d'une piscine édifiée sur les rives d'un fleuve dont les eaux jadis accessibles et pures autorisaient la baignade à nos grands-parents; ou d'une économie qui enrichit le maïsiculteur, mais l'oblige à acheter du gibier de repeuplement pour sa chasse dominicale» (p. 165).
     Les transports quant à eux représentaient en 1949 5,6% des dépenses totales d'un ménage français moyen, et en 1988 environ 20%. Le revenu national français a été multiplié par près de 4 entre 1946 et 1975, tandis que le nombre de voitures par
15. D'ailleurs le budget annuel des routes en 1983 en France atteint quelque 13 milliards de francs, soit 15 fois le budget du ministère de l'Environnement (p. 168). Cette exclamation de Georges Pompidou, alors ministre du général de Gaulle, fit certes se retourner dans leur tombe maints génies de la pensée française et mondiale: «Il convient que Paris s'adapte à l'automobile». En tout cas, elle illustre bien la Weltanschauung qui prévaut à l'heure actuelle.
     Le schéma suivant explicite l'interaction des diverses nuisances de l'environnement:
Le système industriel en relation avec la Nature

     Le professeur Lebreton aborde ensuite les partenaires et moyens à l'oeuvre dans la sauvegarde de la nature: ministère de l'Environnement, associations de protection de la nature (FRAPNA, fédération Rhône-Alpes de protection de la nature, SEPNB et SEPNMC, société pour l'étude et la protection de la nature respectivement en Bretagne et dans le Massif central, section française du WWF, etc.), sans oublier les instruments juridiques.
     Par ailleurs, l'enseignement et la recherche pourraient apporter leur contribution. Hélas, bien des postes manquent dans les collèges, notamment pour les travaux pratiques, menaçant ainsi la qualité du savoir transmis (p. 214). Jusqu'à la fin des années septante, la recherche en écologie a relativement le vent en poupe, mais la section qui lui était réservée au CNRS disparaît en 1982 (p. 222).

suite:
    Enfin l'auteur traite des réserves naturelles, des sites classés et des parcs nationaux. Il passe en revue les énormes difficultés juridiques et politiques rencontrées dans la gestion de l'environnement, pages souvent rébarbatives, non par la faute de l'auteur, mais parce que le sujet l'est.
     La dernière partie de l'ouvrage établit le bilan sectoriel de la protection de la nature (palmarès de la dépollution industrielle, évolution de la qualité des eaux, faune, flore, forêt, inventaire des zones réservées, ... réussites et échecs). La complexité des phénomènes en jeu interdit tout jugement lapidaire et oblige souvent à se tenir à mi-distance entre catastrophisme et optimisme de commande (p. 301). Il est d'autant plus délicat de remédier aux nuisances qu'elles sont systémiques et fréquemment transfrontalières.
     Par ailleurs nous avons été frappé par une constatation générale qui revient à plusieurs reprises dans le livre de Philippe Lebreton: dans la brève analyse qu'il fait de la composition des associations de protection de la nature, il constate qu'elles rassemblent 65% d'hommes, 58% ont moins de 40 ans, 50% sont d'un niveau culturel au moins égal au baccalauréat alors que la moyenne française est de 18%. Etudiants, cadres supérieurs, professions libérales y sont majoritaires! Plus loin, il remarque que la perception des risques de catastrophe écologique augmente chez les diplômes universitaires, tandis qu'elle diminue avec l'âge (p. 309). Bref, la protection de la nature serait le souci de l'élite.
     Enfin le désintérêt actuel de la population pour la sauvegarde de l'environnement résulterait d'un renversement des valeurs: on lance des souscriptions publiques pour la protection d'un monument historique ou pour la lutte contre le cancer, mais non pour construire Superphénix, officialisant ainsi une nouvelle hiérarchie (p. 321). De plus sont peu à peu présents aux leviers de commande de la société des hommes et des femmes dont l'horizon quotidien de l'enfance formatrice a moins connu le chant des oiseaux que l'écran, un peu plat, de la télévision. Pour ceux-là, l'artificiel devient des plus naturels, l'anthroposystème, une seconde nature, close, autonome, autiste peut-être (p. 306). Nous sommes entrés de plain-pied dans The Brave New World d'Aldous Huxley.
     Six pages de références bibliographiques terminent l'ouvrage, qualitativement et quantitativement important par la somme d'informations, de tableaux statistiques, cartes de géographie et graphiques rassemblés. La science de la nature est tributaire de nombreux facteurs et paramètres. Le professeur Lebreton n'a pas oublié l'nfluence de la psychologie ni des traditions qu'il relève, parfois en note, incluant ainsi l'histoire, voire l'histoire des idées dans sa démarche, comme il le fit dans d'autres ouvrages [1]. 

[1] Philippe Lebreton, L'ex-croissance, Dennoël, Paris, 1978. - Philippe Lebreton, Eco-logique, InterEditions, Paris, 1978.

p.124

Nous le suivons d'autant mieux sur cette voie que Stratégies énergétiques, biosphère et société attache beaucoup d'importance à cette dernière, à son passé comme à son avenir et à ses choix éthiques. Nous retenons entre autres cette hypothèse, intéressante et discutable tout à la fois, qui dévoile peut-être les racines profondes de la diffficulté pour l'Européen, l'Occidental de tradition judéo-chrétienne - disons l'homme blanc - de considérer la nature, son environnement et sa protection, autrement qu'un champ d'action ou qu'un lieu de loisir pour conquérants, avec pour conséquence la catastrophe planétaire qui menace. «Le symbole de l'Arche de Noé ne témoigne-t-il pas d'un paternalisme qui veut voir au mieux dans l'animal un frère inférieur, mais non un partenaire?» (p. 44). Ailleurs il écrit: «Monothéisme, géocentrisme et anthropocentrisme sont des attitudes intellectuellement convergentes » (p. 20). Enfin le biologiste lui-même rappelle, et combien à juste titre, que la perte de la nature n'est pas seulement un appauvrissement biologique. «Par la place qu'elle occupe (ou qu'elle occupait) dans les chansons enfantines ou dans les tableaux nt       impressionnistes, la flore messicole (le coquelicot, le bleuet...) est partie prenante de l'agriculture, comme de la culture» (p. 64).
 Joel Jakubec
Grigori Medvedev, La vérité sur Tchernobyl, 4 ans après, les révélations d'un grand  scientifique  russe,  Préface d'Andrei Sakharov, édition originale russe Moscou 1989, Avant-propos de Serguei Zalyguine, directeur de Novy Mir éditeur de l'édition russe, traduit du russe en français par Laetitia et Nadine Diatlovic avec la collaboration de M. Gilbert Bédrossian de l'Electricité de France International, collection Domaine russe dirigée par Lucia Cathala, Albin Michel, Paris, 1990, 321 pages.

     Voici un livre peu banal, car jusqu'à la «perestroïka» et la «glasnost» les auteurs soviétiques n'étaient pas autorisés à faire la critique des «réalisations du socialisme». Grigori Medvedev lui-même, malgré la mutation en cours du régime soviétique, eut beaucoup de mal à publier l'un des quatre récits décrivant la vie et le travail des agents des centrales nucléaires dont il entreprit la rédaction après l'accident de Three Mile Island le 28 mars 1979. Le récit en question intitulé «Les opérateurs» parut néanmoins en 1981. Cette circonstance ainsi que la Préface d'Andrei Sakharov, sur laquelle nous reviendrons, accroissent la crédibilité de cet ouvrage, en dépit de la bévue de l'éditeur français qui, en sous-titre, présente Grigori Medvedev comme un «grand scientifique russe», ce qu'il n'est pas alors que, de toute évidence, il aurait dû le présenter comme un «ingénieur nucléaire et haut fonctionnaire soviétique», ce qui n'eût en rien diminué l'autorité de l'auteur. Ce dernier nous apprend qu'il avait été ingénieur nucléaire à Tchernobyl dans les années septante et que, lors de la rédaction de son ouvrage, il était sous-directeur en charge de la section du nucléaire à la Direction générale de la construction des centrales qui dépend du Ministère de l'énergie de l'URSS et que, à ce titre, il fut envoyé en mission à Tchernobyl une semaine après le funeste accident du 26 avril 1986. C'est donc un homme qui sait ce dont il parle, et ce qu'il dévoile sur le fonctionnement de l'électronucléaire en Union soviétique le montre sans complaisance aucune. Dans ces conditions, on est quelque peu étonné d'apprendre que les traductrices de l'ouvrage ont eu recours à la collaboration d'un employé d'EDF International, l'EDF continuant à utiliser en France et ailleurs des méthodes très voisines de celles que dénonce Grigori Medvedev.

suite:
Sans doute faut-il y voir une machiavélique imprudence d'EDF dont certains responsables s'obstinent à voir dans Tchernobyl non point un accident nucléaire mais un accident soviétique! L'ouvrage est divisé en six chapitres intitulés respectivement:

     I Avant Tchernobyl
     II Les éléments de la tragédie
     III La catastrophe
     IV 27 avril 1986
     V 28 avril 1986
     VI Les leçons de Tchernobyl.

     L'auteur puise ses informations dans sa propre expérience, dans les témoignages recueillis par lui et dans les témoignages enregistrés lors du procès des dirigeants de l'unité no 4 de Tchernobyl, de la quatrième tranche de la centrale de Tchernobyl comme on dirait en France, c'est-à-dire du réacteur qui explosa.
     En ce qui concerne tout d'abord le type de réacteur dont il s'agit, soit un RBMK modéré au graphite, l'auteur le présente comme un type de «réacteur intrinsèquement instable» et cela, principalement parce qu'il est doté d'un «coefficient de vide positif». Malheureusement, il n'explique pas ce que signifie cette expression qui relève du jargon technique. Elle signifie tout simplement que, en cas de surchauffe et donc de vaporisation du réfrigérant, la réaction en chaîne a tendance à s'emballer. La plupart des réacteurs utilisés en Occident pour la génération d'électricié ont un coefficient de vide négatif, c'est-à-dire que, en cas de surchauffe, la réaction en chaine se ralentit et s'arrête; la plupart, mais non point tous, le prétendu surrégénérateur de CreysMalville ayant lui aussi un coefficient de vide positif...
     L'inertie bureaucratique qui permit le rassemblement des incompétences, des erreurs et de tous les autres ingrédients du désastre est présentée par l'auteur comme la conséquence d'un système idéologique professant une foi scientiste dans le progrès qui ne pouvait que minimiser le danger inhérent à l'électronucléaire. Pour tel académicien cité par l'auteur, «les réacteurs nucléaires sont de simples chaudières et leur personnel d'exploitation, des chauffeurs». Dans ces conditions, quoi d'étonnant à ce que Brioukhanov, le directeur de la centrale de Tchernobyl, fût non point un ingénieur nucléaire mais un hydraulicien, spécialiste des turbines!
     Le récit de la catastrophe, reconstituée presque minute par minute par l'auteur àl'aide des témoignages recueillis auprès des acteurs, la plupart décédés depuis lors, est tout simplement fascinant par la description de l'inaptitude intellectuelle et psychologique des responsables a envisager ce qui allait se produire, à savoir l'explosion du réacteur. Cette inaptitude devait d'ailleurs persister près de dix heures après l'accident, les responsables de la centrale s'obstinant à nier l'évidence, à savoir l'explosion du réacteur et la contamination radioactive de l'environnement, ce qui retarda considérablement l'évacuation des populations de Tchernobyl, de Pripyat et de la région et entraina de nombreuses pertes en vies qui auraient pu être évitées.
     Les conséquences physiques visibles de l'irradiation, surtout  le  bronzage nucléaire, l'excitation nerveuse puis la profonde dépression des personnes soumises a une forte irradiation sont décrites de façon saisissante par un, homme qui signale en passant avoir eté lui-même sérieusement irradié dans sa vie professionnelle. 

p.125

En revanche, les dangers inhérents à la contamination radioactive, c'est-à-dire à l'empoisonnement par des éléments de fission ou des transuraniens à la suite de l'absorption d'aliments radio-émetteurs ne sont guère abordés. Il est vrai qu'il s'agit là de l'une des conséquences à terme d'une contamination radioactive qui ne se manifeste que plusieurs mois ou plusieurs années après la contamination, en fonction des voies mystérieuses des reconcentrations trophiques dans la chaîne alimentaire, de sorte que l'auteur n' avait pas le recul suffisant pour en traiter en connaissance de cause comme nous commençons seulement à pouvoir le faire à présent.
     Il est intéressant de relever que Grigori Medvedev n'en reste pas à la relation des faits mais qu'il en tire des conséquences d'ordre historico-philosophique et d'ordre éthique. C'est ce qu'attestent les passages suivants que nous croyons utile de citer:
«La vie a démontré qu'il est important de disposer d'arguments théoriques fiables pour évaluer les prolongements de la révolution industrielle en général et de l'électronucléaire en particulier, et de dire la vérité» (p. 243).
     «Nous étions tous coupables[1], nous les spécialistes de l'énergie atomique, devant ces gens parfaitement innocents, devant le monde entier. Moi aussi, j'étais coupable, ainsi que mes rares collègues qui avaient compris la menace réelle que les centrales faisaient peser sur la population et sur la nature. Nous qui avions compris, nous n'avions pas suffisamment persévéré pour convaincre les gens du danger. Nous n'avions pas su briser le mur de la propagande officielle sur la prétendue fiabilité absolue des centrales nucléaires» (pp. 251-252).
     «Hélas, les nucléocrates ne se sont pas endormis. Quelque peu ébranlés par l'explosion de Tchernobyl, ils relèvent la tête, et se remettent à chanter les louanges d'un atome absolument sûr, sans oublier par la même occasion de cacher la vérité. En effet, on ne peut encenser l'atome pacifique sans s'efforcer dans le même temps de cacher la vérité. La vérité sur les difficultés et les dangers du travail des agents des centrales nucléaires et sur les risques que ces dernières font peser sur les habitants de leurs alentours et sur l'environnement» (pp. 310-311).
     Aussi bien l'auteur conclut-il son ouvrage sur la nécessité pour l'humanité d'accéder à une nouvelle culture fondée sur la vérité.
     Ce faisant, il va bien au delà de ce que Andrei Sakharov, un partisan de toujours de «l'atome pour la paix», recommandait en mai 1989 dans sa Préface au même ouvrage: «Pour ma part, je suis convaincu que l'énergie nucléaire est nécessaire à l'humanité. Il faut la développer, mais seulement en garantissant une sécurité absolue, ce qui suppose que les réacteurs soient installés en sous-sol. Une législation internationale imposant l'implantation des réacteurs sous terre doit être élaborée sans attendre» (p. 8).
     Tout Prix Nobel qu'il fût, Andrei Sakharov n'avait, semble-t-il, pas réalisé que, économiquement parlant, son projet d'enterrement des centrales nucléaires devait s'entendre tant au propre qu'au figuré!
Jan Masolijn

[1] ...de la catastrophe de Tchernobyl. 

suite:
Jean-Pierre Olsem, L'Energie dans le monde, Hatier, Paris, juillet 1984, 336 pages.

     Excellent petit ouvrage encyclopédique, L'énergie dans le monde est divisé en trois parties intitulées respectivement:
«L'impératif énergétique», «Le marché mondial de l'énergie», et «Quelles politiques énergétiques?»
     Bien qu'il date déjà à certains égards, cet ouvrage est remarquable de clarté et de concision.
     Pour ce qui est des réserves prouvées de pétrole, toutefois, on y trouve des renseignements qui, à notre connaissance, sont toujours valables et que résume la formule suivante: «La prise en compte du pétrole non conventionnel: les réserves décuplent» (p. 46).
     Pour ce qui est des dangers inhérents à l'électronucléaire, l'auteur se contente de signaler la controverse existant à l'époque, soit avant l'accident de Tchernobyl (p. 150).
     En ce qui concerne les réserves de gaz naturel, moins systématiquement prospectées que celles de pétrole, l'auteur les tient pour comparables à celles du pétrole et situées pour plus du tiers en URSS et pour près de 20% en Iran (p. 169).
     En ce qui concerne l'énergie solaire, l'auteur signale les progrès rapides des cellules photovoltaïques, mais il semble sous-estimer passablement cette source d'énergie ressortissant selon lui aux «Energies nouvelles», alors qu'il s'agit pratiquement de la plus ancienne. D'ailleurs, à notre avis, on ne devrait plus parler d'énergie solaire au singulier mais d'énergies solaires au pluriel, tant les formes sous laquelle cette forme d'énergie nous parvient sont multiples: biomasse, bois, énergie éolienne, hydroélectricité, force des vagues, etc.
     L'un des mérites de cet ouvrage est de bien mettre en lumière l'importance dans toute politique énergétique qui se veut cohérente et rationnelle des économies d'énergie (pp. 187 et ss).

Dierck Orinckx
Antoine Ayoub et Jacques Percebois, éditeurs, Pétrole: marchés et stratégies, Bibliothèque des matières premières, Economica, Paris, 1987, 322 pages.

     Cet ouvrage collectif rassemble les contributions qui ont été présentées au Colloque intitulé «Les marchés internationaux de l'énergie: des enseignements de la théorie aux leçons de l'expérience» qui s'est tenu à l'Université de Grenoble du 4 au 6 mars 1986 et qui avait été organisé conjointement par l'Institut économique et juridique de l'énergie (IEJE) de Grenoble et par le Groupe de recherche en économie de l'énergie (GREEN) de Québec.
     Comme l'indique le titre, les contributions sont axées sur les problèmes économiques et financiers du pétrole. A l'époque, la préoccupation première de la plupart des contributeurs résidait dans la chute ininterrompue du prix du brut. Certains  envisageaient  la conclusion d'une entente entre les producteurs membres de l'OPEP et ceux qui n'en sont point membres afin de parvenir à une optimalisation des revenus pétroliers «compte tenu des impératifs du développement   économique»   (Mohamed Mimouni, p. 224). 

p.126

La plupart des contributeurs considèrent que le volontarisme en matière de politique pétrolière est voué à l'échec, compte tenu des mécanismes du marché qui sont régulateurs sinon dans le court terme, du moins à moyen ou long terme.
     Il est frappant de constater que même les plus théoriques des contributions ne font aucun emprunt à un théoricien et économètre comme Nicholas Georgescu-Roegen qui, pourtant, est l'auteur d'une remise en cause du socle épistémologique de toute la problématique des ressources non-renouvelables et en particulier du stock des énergies fossiles.
Dierck Orinckx.
Pierre Samuel, L'effet de serre, Les cahiers de l'écologie, Editions Entente, Paris 1990, 203 pages.

     Né à Paris en 1921, ancien élève de l'Ecole normale supérieure, agrégé de mathématiques,  docteur  ès  sciences mathématiques de l'Université de Paris, docteur en philosophie de l'Université de Princeton, professeur émérite de mathématiques de l'Université de Paris-Sud, Pierre Samuel, directeur scientifique des Amis de la Terre et auteur de plusieurs ouvrages sur l'écologie et l'énergie, était particulièrement bien armé pour aborder la menace climatique inhérente à l'effet de serre dans laquelle il tend à voir le problème écologique numéro un de la planete.
     Ce petit ouvrage a le mérite d'une information exceptionnellement vaste et d'une grande clarté. Après avoir passé en revue les causes du phénomène et ses probables conséquences sur la planète et les sociétés humaines, il recense les mesures préventives à prendre avant que les incertitudes scientifiques sur le changement climatique ne soient toutes levées, car alors il pourrait être trop tard. L'auteur, cependant, est relativement optimiste. Il pense en effet que la plupart des mesures en question seraient de surcroît bénéfiques pour l'environnement. Or, ces mesures ont trait pour une bonne part aux politiques de l'énergie. A cet égard, il rejoint les auteurs du premier numéro de Stratégies énergétiques, Biosphère et Société lorsqu'il tient pour tout au plus marginale la contribution éventuelle de l'électronucléaire à la diminution de l'accroissement de l'effet de serre.
     Dans son dernier chapitre Pierre Samuel décrit l'état des négociations internationales  après  la  Conférence  de Toronto sur «les modifications climatiques et la sécurité globale» qui s'est tenue du 27 au 30 juin 1988. Bien que les Etats comme les scientifiques aient des perceptions souvent divergentes de la menace climatique, il n'en reste pas moins qu'une conscience nouvelle de la solidarité planétaire est en voie d'émerger qui va dans la direction d'une convention internationale visant à stabiliser l'effet de serre.
     Aussi bref soit-il, ce petit ouvrage a le mérite d'introduire le non-initié à une problématique interdiciplinaire fondamentale pour apprécier la condition humaine en cette fin du XXC siècle.

Dierck Orinckx.
suite:
Fabrizio Carlevaro et Franco Romeno, Centre universitaire d'étude des problèmes de l'énergie (CUEPE), Réalisations, tendances et besoins de la recherche multidisciplinaire en matière d'énergie, Actes de la Journée du CUEPE 1989, Série de publications du CUEPE, no 40, Genève, août 1989, 124 pages + IX.

     Dans son Avant-propos, le professeur Fabrizio  Carlevaro,  Directeur  du CUEPE, écrit:
     «Conçue comme un lieu de rencontre entre chercheurs et utilisateurs afin, notamment, que ces derniers puissent orienter les efforts des chercheurs vers les problèmes importants de la politique énergétique, la première Journée du CUEPE s'est tenue le 7 avril 1989 sur le vaste thème des «Réalisations, tendances et besoins de la recherche multidisciplinaire en matière d'énergie». Dans l'esprit des organisateurs il s'agissait de faire le point sur:
     - l'état de la recherche et des réalisations concrètes dans les domaines de l'énergie;
     - les tendances qui se dessinent en matière de recherche énergétique;
     - les besoins en recherche et développement ressentis par les gestionnaires de
l'énergie et les responsables de la politique énergétique» (p. V).
     Parmi les contributions les plus intéressantes, citons celle de Bernard Lachal et de Willi Weber intitulée «Recherches en énergie solaire et en physique du bâtiment», celle du Professeur Bernard Giovannini  intitulée  «Recherches  en technico-économie» sur la modélisation de la consommation des appareils électroménagers, celle de Fabrizio Carlevaro intitulée «Modélisation de la consommation d'énergie dans le Canton de Genève», celle de Charles Spirer et de Franco Romerio intitulée «Système de prévision à court terme des conditions du marché mondial des produits pétroliers» et celle de Paul Kesserling intitulée «La recherche en matière d'énergie non nucléaire au Paul Scherer Institut».
     Parmi les contributions les plus originales figure celle du professeur Hubert Greppin intitulée «Recherches en biologie végétale touchant l'énergie». L'auteur y présente une étude effectuée en collaboration avec MM. Vazquez et Calderon sur des algues unicellulaires. Pourquoi étudier les algues? Parce que ce sont des systèmes relativement simples à étudier susceptibles de produire des substances chimiques d'intérêt économique comme des protéines et des lipides. Certaines peuvent produire de 20% à 80% de leur poids sec en lipides.
     La méthodologie développée permet de connaître l'état de santé des populations d'algues car, «dès qu'il y a pollution, le système de production du fuel énergétique cellulaire est très rapidement touché». Ainsi, poursuit son auteur, «par ces recherches nous visons a mieux connaître l'état de santé des algues ainsi que leur potentialité productive» (p. 20).

p.127

     Autre contribution significative, la présentation par Gerhard Schiber de l'Office fédéral de l'énergie, à Berne, du «Plan directeur de la recherche énergétique de la Confédération». Son auteur nous apprend que ledit Plan comporte six axes de recherche consacrés respectivement aux domaines suivants:
     - l'utilisation rationnelle de l'énergie,
     - les énergies fossiles,
     - la fission nucléaire,
     - les énergies renouvelables,
     - la fusion nucléaire,
     - les technologies de soutien. (pp. 63 à 65).
     Cette dernière expression recouvre, selon l'auteur de la contribution, «la distribution et le transport de l'électricité, le stockage de l'énergie, ainsi que les problèmes écologiques».
     En 1987, année de référence, 134, 7 millions de francs (suisses) furent attribués par la Confédération à la recherche énergétique dont 24,0 à l'utilisation rationnelle de l'énergie, 3,6 millions de francs aux énergies fossiles, 37,9 millions de francs à la fission nucléaire, y compris la sécurité, 17,1 millions de francs aux énergies renouvelables, 28,5 millions de francs à la fusion nucléaire et 23,6 millions de francs aux technologies de soutien. Cette présentation peut donner l'impression à un esprit non prévenu que la Confédération procède à une répartition équitable entre les différentes formes et les différentes sources d'énergie. En réalité, elle démontre que, en 1987, la recherche sur l'électricité nucléaire se taillait la part du lion puisque lui furent alloués 37,9 millions + 28,5 millions + la plus grande partie sinon la totalité des 23,6 millions affectés aux «technologies de soutien», soit en tout quelque 90 millions de francs sur les quelque 134,7 millions de francs attribués par la Confédération aux recherches énergétiques.
     Quant au Plan directeur de la recherche énergétique de la Confédération pour 1992, M. Gerhard Schiber nous informe qu'il prévoit l'affectation de 200 millions de francs à ladite recherche dont:
     - 40 millions à l'utilisation rationnelle de l'énergie, domaine «qui sera considérablement renforcé»,
     - 10 millions aux combustibles fossiles, plus particulièrement aux recherches sur la combustion et ses répercussions sur l'environnement»,
     - et 40 millions à la fission nucléaire, ce qui consacrera la «stabilisation» de ce domaine. «Nous pensons, avance ingénument son auteur, qu'il serait utile de garder ouvert cet axe, d'autant plus qu'il faut faire les expertises sur les surrégénérateurs, pour répondre aux questions qui viennent de Genève.»
suite:
     Ici l'auteur veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes! En effet, c'est en raison de la carence lamentable des autorités  fédérales  compétentes  que l'Association pour l'Appel de Genève (APAG) a dû lancer en 1988 sa Souscription publique pour une expertise scientifique du surrégénérateur Superphénix de Creys-Malville, laquelle a abouti au Rapport Benecke-Reimann tandis que les prétendus experts fédéraux en matière de surgénérateurs, qui avaient unanimement diagnostiqué l'absence de tout risque technologique majeur juste avant que le circuit primaire de sodium du malheureux Superphénix ne connaisse des problèmes d'oxydation qui auraient pu déclencher un bouchage en pied des assemblages de combustible, c'est-à-dire, presque à coup sûr, une excursion nucléaire «hors dimensionnement», soit  la réalisation  du fameux «risque résiduel» qui pourrait entraîner l'évacuation d'une partie significative de la Région Rhône-Alpes, y compris la plus grande partie du plateau suisse! Recourir à la légitime inquiétude des populations concernées pour justifier la «stabilisation» des crédits affectés à la fusion, c'est-à-dire au génie atomique, relève de la démagogie sinon de l'abus de confiance.
     Mais poursuivons la lecture instructive de la contribution deM. Gerhard Schiber. En 1992 donc, seront encore affectés à la recherche énergétique:
     - 30 millions aux énergies renouvelables, domaine dont les crédits seront nominalement presque doublés,
     - 30 millions aussi à la fusion nucléaire, domaine qui sera également «stabilisé»,
     - enfin 50 millions aux technologies dites de soutien, dont nous avons vu qu'elles recouvrent principalement des recherches  relatives à l'électricité nucléaire.
     De tout cela il résulte que, en 1992, les crédits affectés aux recherches sur l'électronucléaire ne s'élèveront «qu'à» 120 millions sur les 200 millions alloués aux recherches énergétiques. Que les écologistes se le tiennent pour dit: En matière énergétique, la Confédération ne croit guère que dans les recherches sur l'énergie nucléaire.
     Si les votations du 23 septembre 1990, qui ont permis au peuple suisse de se prononcer  en  faveur  d'un  moratoire nucléaire de dix années, ne se traduisent pas par l'inversion en faveur des énergies renouvelables et des économies d'énergie de ces proportions ahurissantes de crédits offerts à l'électronucléaire, c'est que en Suisse le peuple n'est plus le Souverain qu il croit être encore.
     Parmi les autres contributions intéressantes figure celle de M. Georges Krebs, responsable du Service chauffage de la Ville dè Genève qui plaide notamment en faveur des décomptes individuels de chauffage et du recours à l'énergie solaire qui «peut couvrir les 20 à 25% des besoins d'eau chaude dans les immeubles locatifs a un prix voisin de celui de l'électricité».
Brigitte Zweifel.
p.128

Analyses d'importants écrits environnementaux